Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

À Vittoria Colonna (Michel-Ange)

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...


Michel-Ange (Michelangelo Buonarroti)

Michel-Ange (Michelangelo Buonarroti)

 

Michel-Ange (Michelangelo Buonarroti)

 

SONNET (1)

Traduit par Auguste Lannau-Rolland

Un artiste éminent ne conçoit aucun sujet qu’un marbre ne puisse renfermer dans son sein ; mais seule y parvient la main qui obéit à l’intelligence.

Ainsi se cachent en toi, femme charmante, altière et divine, le mal que je fuis et le bien que je me promets, mais tout mon art, pour que je ne puisse plus vivre, n’obtient qu’un effet contraire à celui que je désire.

Ce n’est donc ni l’amour, ni ta beauté, ni le hasard, ni ta dureté, ni un grand dédain, qui sont les causes de mon mal ; ni ma destinée, ni le sort,

Si dans ton cœur tu portes à la fois la mort et la pitié [qui serait ma vie] et si mon talent impuissant, malgré son ardeur, ne sait en obtenir que la mort.

Texte original
Non ha l’ottimo artista alcun concetto,
Ch’ un marmo solo in se non circoscriva
Col suo soverchio, e solo a quello arriva
La man che obbedisce ail’ intelletto.
Il mal ch’ io fuggo, e ‘l ben ch’ io mi prometto,
In te, donna leggiadra, altera, e diva,
Tal si nasconde, e, perch’ io più non viva,
Contraria ho l’arte al desiato effetto.
Amor dunque non ha, nè tua beltate,
O fortuna, o durezza, o gran disdegno,
Del mio mal colpa, o mio destino, o sorte,
Se dentro del tuo cor morte e pietate
Porti in un tempo, e che ‘l mio basso ingegno
Non sappia ardendo trame altro che morte.

A ne pas manquer :

  • France, mère des arts, des armes, et des lois (Joachim du Bellay)France, mère des arts, des armes, et des lois (Joachim du Bellay)   Joachim du Bellay   France, mère des arts, des armes, et des lois, Tu m'as nourri long temps du lait de ta mamelle : Ores, comme un agneau qui sa nourrisse […]
  • Poèmes (Michelangelo Buonarroti)Poèmes (Michelangelo Buonarroti)   Michelangelo Buonarroti, le poète   Tout le monde connait la Création d'Adam - Chapelle Sixtine, Vatican, par Michelangelo Buonarroti, mais je veux vous […]
  • Chatterton (George Sand)Chatterton (George Sand) George Sand   Quand vous aurez prouvé, messieurs du journalisme, Que Chatterton eut tort de mourir ignoré, Qu’au Théâtre-Français on l’a défiguré, Quand vous […]
  • L’offrande lyrique II (Rabindranath Tagore)L’offrande lyrique II (Rabindranath Tagore)   Rabindranath Tagore   Magnifique est ton bracelet gemmé d'étoiles Et où des myriades de joyaux sont sertis Mais , pour moi , Plus ravissant encore est ton […]
  • A Charles Baudelaire (Paul Verlaine)A Charles Baudelaire (Paul Verlaine)   Paul Verlaine   Je ne t’ai pas connu, je ne t’ai pas aimé, Je ne te connais point et je t’aime encor moins : Je me chargerais mal de ton nom […]
  • Poème 4 (Pablo Neruda)Poème 4 (Pablo Neruda)     Pablo Neruda   C'est le matin plein de tempête au coeur de l'été. Mouchoirs blancs de l'adieu, les nuages voltigent, et le vent les secoue de […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: