Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Ahmed Khettaoui

| 3 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...


Ahmed KhettaouiAhmed Khettaoui 

Romancier , Nouvelliste , Poète Algerien ; est né en1951 à Oran , Algérie.

A neuf ans, son père quitte ce monde , se fut élevé par sa mère .
Sa tempête enfantine sobre, misérable, abusive fut moins forte quand il faisait sombre, ou il ventait , grâce à une conjonction , à un soins décortique maternel, à une faculté affectueuse, didactique endurante, défiant tout vent , ou courant opposant, misérable ,diabolique ,ou déviant .
Dès lors, l’orphelin Ahmed Khettaoui ,trimbalait , esseulé ,cette vie à sa manière entre deux villes au sud ouest Algérien :Mecheria et Boussemghoun ,son village natal :fontaine d’inspiration, d’abreuvement , d’irrigation pensive, ruminante, et refuge lointain , enfantin , contemplatif..
Aux berges de ses émotions, sa sensation, son intuition, son cheminement ; il tissait ses retrouvailles jusqu’à l’âge de la puberté où il rejoint l’enseignement à un âge intempestif..juste pour faire face aux besoins familiaux..
Au fil du temps , il découvrit une autre ère émotionnelle, passionnante, spirale même …
Comme tout jeune, passionné, doué, Il s’engouffre ; épris par l’écriture , lecture dans le creux de « la Paralittérature » en chuchotant ses « pas », ses tentatives : proses, poésie ..paroles …
A 15 ans déjà sociétaire, adhérant à la SACEM siège Paris .. ( Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique) entant qu’auteur .
Il restaure ses « petites » pensées d’adolescent , en dévorant les grandes œuvres des grands écrivains tel que Molière, Voltaire , Victor Hugo ,, Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Louis Aragon, Paul Éluard , , Alfred de Musset , Emile Zola, Balzac , Pierre Corneille, Jean Racine. Alphonse Daudet( en particulier sa nouvelle : La Chèvre de monsieur Seguin,( Lettres de mon moulin)
Guy de Maupassant et autres ..Ce dernier préoccupe son attention au point où il s’adhère, voire il s’intègre à son âme , sa moralité, sa singularité, sa particularité , ainsi que Gibran Khalil Gibran, le grand penseur ,, écrivain poète , peintre Libanais .Ce penseur idéaliste lui lègue sa sphère, sa particularité, voire son influence.
Au moment où son parcours littéraire commence à certifier ses « palpes », le jeune écrivain, poète Ahmed Khettaoui entame le monde de la publication par ses œuvres primitives à travers plusieurs revues, tribunes, magazines et journaux ..en premier lieu en langue arabe..
Il exerce ,l’enseignement , étant élève de l’école normale..Il quitte cette sphère, ce système vers le journalisme.. : Reporter….. éditorialiste, chroniqueur, rédacteur en chef , ‘(presse écrite) en langue arabe . responsable , Chef de département à la radio algérienne,, producteur ,animateur d’émissions culturelles , littéraires..
Elu en 1981 : Secretaire National à l’union des écrivains Algériens( membre de l’exécutif ).
Mandat électorale (1981-1984).
Il écrit au bord et à bord de sa tendance , sa conviction idéologique , socialiste , humanitaire : son premier recueil en poésie( en vers libres ) en langue arabe, intitulé : « Le soleil annonce sa pertinence au sang » .Il découvrit , par la suite , que la littérature engagée..ne reflète pas forcement la personnalité, la sentence de l’écrivain. En tamisant la littérature Russe appropriée aux dirigeants soviétiques et bolchevistes ( bolchevique).( leaders de ce courant )par sa lecture profonde et sa large admiration aux grands écrivains Russes tel que Tolstoï, Tchékhov, Pouchkine , Maïakovski, Fiodor Dostoïevski.
,,spécifiquement son ouvrage : « Crime et Châtiment » et autres ..
Parallèlement, il s’abreuva d’une forte tendresse maternelle ,spécifique, étant dernier fils gâté ,dont il s’éloigna du gouffre ,de l’errance, en allaitant une tendre affection octroyée par sa chère maman , parsemée d’un grand attachement purifié , un enlacement conjugal suintant un amour profond côtoyant un lien parental, voire une relation Sainte de lignage conjugal ,orné par un mariage angélique , couronné par une cérémonie « fée » ravissante , séduisante, éternelle, qui s’appelait le 22 septembre 1977 (le jour radieux de son mariage ) avec son actuelle épouse( confidente) qui a donné à ce monde :six filles et un garçon .
Le romancier , nouvelliste, poète , Ahmed Khettaoui ,en outre , forgea ses écrits par une série d’édition.
Jointement ,Progressivement, il publie son premier roman ; La Cité des leurres » aux éditions Légendes (Algérie ) suivit par une série de romans et recueils( nouvelles ) citant à titre d’exemple : « L’aisselle du navire » ( roman ) et autres ..(10 romans et recueils au total ) .
Féru du surréalisme, du symbolisme , il s’interroge sur la tourmente pensive dont il a hérité de ce courant littéraire objectant , où on trouve souvent ,probablement , parfois en majoration , plein de séquelles , de questionnement , de méditation ,de tatouages , d’influence dans ses œuvres , en langue Française comme en langue arabe .
Ahmed Khettaoui fut l’acte de plusieurs lauréats..gratifications. Glorifié par de multiples prix décernés par différentes institutions .
Actuellement en retraite , depuis 2006 , venant du monde journalistique ( information ) .Il consacre , systématiquement, le reste de sa vie à la méditation , l’écriture .
En sa possession plusieurs manuscrits en voie de parution …et de nombreux points de suspension ennuyants sur le « vécu »et à la question contemporaine actuelle dans ses dérives, rives et diversité…

 ***

La surface de mon soleil contumacé

Prenez tout ce qui me reste
De cette planète notariée ..
En deçà de mes justes .
Vous trouverez mes héritiers :
Ponctuation en cette vie éphémère ..
En deçà de ma tombe ..
Vous verrez le monde et son sommaire :
L’actualité de mes os et ma jambe ..
Qui vous infusera la romance de ma colombe.
Si vous consentez, bien sûr, cet héritage..
Au pied de ma manière !!!..
En deçà de ma chaumière .
Qui est notre destinée et la votre .
Et vous alignerez autant d’autres ..
A quoi bon de s’aligner au deçà de mes rentes
Ou d’irriguer vos vœux en tourmente
Ou valoriser vos verres bien remplis .
De pénitences et de cendres ..
Du moment que tout est raperché
Par notre foi au deçà du péché ..
Au deçà du délai octroyé ..
Par la vilaine tranchée broyée ..
Et son sable figurant dans son sabre
Egaré au deçà de nos mœurs ..
Il ne faut pas m’en vouloir ..
Je ne suis guère pessimiste ..
Dans ce parcours à double sens .
Comme une veste en reliure ,en doublure .
La vie n’est qu’un dortoir ..
Et que chacun de nous a sa chambre
La vie n’est qu’un tiroir ..
où chacun de nous trie ses dossiers .
On survit mille millénaires..
ou mille centenaires ..
nul n’irrigue ses rosiers ..
à sa façon , à sa manière ..
tout est soumet au destin ..
tout est lié au hasard ..
Ce monde n’est qu’une galette ..
et que chacun à sa part ..
Ce monde n’est qu’une girouette..
d’où le vent circule à la volette.
La vie n’est qu’une jarre .
D’où nous abreuvons nos détails
La vie n’est qu’un ventail
N’est qu’un unique portail
Amenant à nos combes.
Donc soyons réalistes :
Et même optimistes ..
Sans oublier la surface du soleil ..
contumacé au deçà de nos retrouvailles
quoique que la vie demeure toujours belle ..
séduisante, attrayante, parfois sans injures et querelles.
Sans négliger aussi qu’elle ne trahit jamais ses séquelles.
Soyons donc prudents , vigilants en cette terre ..
Car nul n’est perpétué, en amnistie , ou en grâce ..
Sauf ce qui ont donné preuve à leur face .
Ce qui ont réservé leur place .. leur escale !!!

Ahmed Khettaoui / Algérie

***

Lire

Destinée éphémère – Ahmed Khettaoui

***

Indulgence d’un brouillard – Ahmed Khettaoui

***

L’enfant de ma pluie ..- Ahmed Khettaoui

***

Union – Ahmed Khettaoui

***

Le ciel mâche ses mots

Nouvelle

  Hommage et  texte dédié à notre cher défunt :Mansouri  Kaddour(Instituteur , Ain –sefra ( Algerie )

Le ciel tricolore rejeta la parole de son concitoyen : Ciel..
Cela fut refus étrange ..s’interrogea  – Kaddour azzalt(1) , en tapant fort au dos d’un tambour africain , passant ses doigts au dessous des ses soupçons … de ses droits ..
D’une telle étrangeté , purifia ses doigts , cette fois avec une main africaine …et autre céleste, rejeta une seconde fois l’odeur , la candeur du Ciel ..

Lire la nouvelle…

 

 ***

L’ombre et ses pas …

Tu n’es qu’une contrée dans mon vallon.
Tu n’es qu’une goutte dans mon chaînon
Tu n’es qu’une selle sur mon cheval essoufflé.
Tu n’es qu’une paille gagée  dans ta grange.
Qui menace la candeur de mes anges.
Pourquoi  fourvoyer  mes  repères
En cette terre accablée de fer et de guerre
Tu n’es qu’une pâture en cette sphère
Oh , cette bas- vie ,lance  ta seine …
Seuls poissons  maigres ,seuls  poissons gras
Reniflons  mes ombres et tes tiens ..
Je le dis à tue-tête :
Qu’en  pensez– vous de cette soubrette.
Qui  gage mes émois , mes  éperons , ma compassion
Je t’en supplie, ne me suis pas.
Récite, ailleurs  tes chants éreintés  .
Quant à moi , tu as chipé tous mes dépits
Prends tes dépouilles .
Laisse moi ensevelir mes dictons  insensés.
Au fils de mes ombres… arrogants
Au fil de mes aigles  et leurs cieux ..
Car tu n’es qu’une silhouette entre mes pas .

 ***

Pluie exténuée

Sous tes gouttes sanctuaires …
cogne un jour sanguinaire…
Enclave ma prose engouée.. .
crucifiée et souillée…
Dans mes déboires écroués…
Spoliés  au creux d’un enfer
Sous tes ailes ; un enjeu…d’un ange en colère
Où tu suintes souvent ; tes déesses dulcinées
Mais , hélas cette fois ..tu pleures ; inclinée.
O , ma chère  pluie ..dommage,…
Mes larmes  suintent ton hommage …
Pardonne moi , pluie, mes affres ..ont  égaré le courage ..
Dans un  desert qui  enfante  des mirages.
Suinte, ma belle, tes gouttes  en douceur ..
Moi ,je garde toujours ma ferveur ..
Malgré, ma plaie, et mes pleurs !!…
je garde toujours mon sourire mémorable .
et je garde aussi ton amour intarissable ..
je sais que tu es extenuée ..
Je sens les soupirs de tes gouttes gémissantes ..
Je savoure l’odeur de tes larmes embellies..
Ta mine et tes joues luminances..
Je ressens, bien ,  ta transe en éminence
Au horizons ,  et aux berges des provinces
Entre les ailes de tes cieux en exil ..
En deuil, en peril…
Je sais que tu verses tes larmes
Dans un monde stérile.
Mais , hélas, j’ai perdu mes pédales .
J’ai égaré mes contrées et mes sandales
Sous les pieds des vandales.
Sans  trahir mon devoir..
Car , je suis persuadé qu’un jour,
Tu vas nous  tisser en honneur
De la paix  ; un jour splendide..
Une destinée, auréolée , et sans raids.

Publié par

A ne pas manquer :

  • Souad HajriSouad Hajri  La belle Sélène Du temps où la belle Sélène Respirait encore la vie Elle marchait la tête hautaine Les cheveux dans le vent S’abreuvant d’hydromel Elle regardait […]
  • Mebkhout BeghdadMebkhout Beghdad  E-book Mebkhout Beghdad - lire en ligne *** La steppe de mon père **** Regarde, disait mon père Cette traînante monotonie de nos plaines D’alfa qui épouse l’immensité […]
  • Maissa BouticheMaissa Boutiche Lire E-book en ligne ici Dédicace (en commentaire au concours "Mon plus beau rêve") Heureuse d'avoir participer à ce beau rêve et plus heureuse de partager mon […]
  • Viviane FlandreViviane Flandre Visiter la Galerie d'Art Viviane Flandre  Peinture Pensée immobile - Viviane Flandre Par de là les champs  en robe de bure Le soleil est venu s’y étirer Accrochant […]
  • Didier Calvet – ACLJ CanadaDidier Calvet – ACLJ Canada Cette série de contes a été bâtie avec enfants de maternelle ou de tout début de scolarité. Aucun de ces enfants ne savait encore ni lire ni écrire. Et pourtant tous avaient une […]
  • Sihem BouslamaSihem Bouslama     La Plume de l'Univers (Sihem Bouslama) Une brise avec une bise matinale , en belle senteur d'une terre intentionnelle !.... Unissant la vie et la mort en […]

3 Comentarii

  1. Le paradis des criminels

    Par: Ouahiba Chaoui

    Ma mère, mon père
    Mes sœurs et mes frères
    Mes voisins, mes amis
    Mes copains de misère
    Je vous laisse ces quelques mots
    Je sais que vous n’en serez pas fiers
    Il n’y a rien à espérer dans cette vie
    Après ma mort les choses seront plus claires
    J’aurai le droit d’aller au paradis
    Juste après ma dernière prière
    C’est ce que m’ont déjà promis
    Les mandataires de dieu sur terre
    Probablement je n’aurai pas une tombe
    Pour que vous m’y mettiez des fleurs
    Car je vais étreindre une bombe
    Qui me déchiquettera en l’air

    Mes maitres m’ont fait comprendre
    Qu’il s’agit d’une guerre sainte
    Que c’est si brave de réduire en cendres
    Des enfants innocents et des femmes enceintes
    Des milliers d’anges en train de m’attendre
    Il n’y a pas de raison que j’aie crainte
    Il est grand temps que je m’y rende
    Pour libérer mon âme de sa contrainte

    Dites aux familles de victimes de ma part
    Que ma vie était tellement cruelle
    C’est parce qu’il ne me restait sur terre aucun espoir
    Que j’ai préféré partir au ciel
    Peut être qu’ils me pardonneront plus tard
    S’ils apprennent que j’étais pris dans un piège mortel
    J’ai pu comprendre… mais c’est trop tard
    Que le paradis promis, c’est le paradis des criminels.

  2. Très fort, je suis tout petit à coté

  3. Je découvre ce superbe blog culturel, je le fais connaître sur mes réseaux.

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: