Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Allaoua Kherib – Leçon de vie

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...


Allaoua Kherib

Allaoua Kherib

Allaoua Kherib – Leçon de vie

 

Aux enfants du monde entier :                                    
Pour une terre autrement, poème pédagogique.          

Lorsque la pluie tombe
Tout germe, pousse et grandit
L’hiver fini
Vient le printemps
Où tout fleurit
C’est la belle saison.

Les jours passent
Vient l’été
Avec ses grands jours il efface
La nature en beauté.

Reste l’automne
Qui, de saison en saison
Le-voici qui arrive avec son mauvais temps
Et son instabilité.

Cette funeste saison
pour fonction
Par le truchement de son vent
D’emporter les restes de l’été.

Par conséquent
Le mariage des couleurs et du goût
S’interrompt, s’estompe et disparaît.

Ainsi, tout ce que l’eau a construit
A été bien détruit
Mais l’alternance du jour et de la nuit
Renouvelle tout et l’épanouit.

Alors la vie
C’est ceci
Si vous avez bien saisi
La leçon d’aujourd’hui.

Poème pour le concours Un poème pour la planète.
Allaoua Kherib, Paris, le 21 juillet 2015. Tous droits réservés.

Commentaire :

Le poème nous montre une terre – Gaïa – prisonnière des caprices du ciel et de la vie – Ouranos – tant sa fertilité pour le seul bien de ses enfants en dépend. Ces mêmes enfants qu’elle, pour les protéger d’Ouranos qui les mange, les cachent dans son ventre ; et Cronos, son dernier fils, en vengeant sa mère nourricière ne fait pas mieux, car, très vite, il se révèle un tyran pire que son père. Désormais, Gaïa, déçue de la vanité des dieux, erre seule dans l’immensité du cosmos, en quête de son digne héritier.

Après bien des guerres et de générations faites de Titans, de géants et autres monstres, Gaïa – la terre – finit par le trouver en l’homme pour sa condition de commun des mortels. Mais, hélas ! Ces derniers, à leur tour, conscients de la brièveté de leurs vies – pensant à Sénèque -, s’insurgent contre cet autre dieu – Chronos – dont ils sont captifs. Ne pouvant s’en libérer, impuissants, ils se retournent derechef contre la pauvre Gaïa – la terre – en pillant ses richesses au nom de la seule devise : carpe diem ad vitam aeternam.

Fort heureusement, face à l’inconstance du temps – renouvellement cyclique des saisons dans le poème – et la sagacité de l’homme dans sa quête de l’éternité – latente dans le poème -, Gaïa demeure impassible et compte, immuablement, remplir sa mission en nous menant au bout de notre voyage. Conclusion : notre éternité ne vaut celle de la terre dont dépendent bien des vies, pensant à d’autres espèces qui y ont droit aussi.

 

Publié par online-litterature

A ne pas manquer :

  • Allaoua KheribAllaoua Kherib Allaoua Kherib Poète, écrivain et chercheur algérien, né le 18 mars 1968 à Timezrit (Béjaia) en Kabylie. Ancien professeur de français et membre de l'ONDA - Office national des […]
  • Allaoua Kherib – LibertéAllaoua Kherib – Liberté * Allaoua Kherib - Liberté   Un élan de voix brise la nuit Déchire les nues Comme une foudre Et réveille les hommes Dormant comme des loirs, Faisant frémir leurs […]
  • Allaoua Kherib – Mon vase de ChineAllaoua Kherib – Mon vase de Chine * Allaoua Kherib - Mon vase de Chine     Elle est tellement frêle Que je dus songer A cette antique porcelaine Que je vis au musée. Elle est rose de […]
  • Sihem BouslamaSihem Bouslama     La Plume de l'Univers (Sihem Bouslama) Une brise avec une bise matinale , en belle senteur d'une terre intentionnelle !.... Unissant la vie et la mort en […]
  • La poule aux oeufs d’or (Jean de La Fontaine)La poule aux oeufs d’or (Jean de La Fontaine)   Jean de La Fontaine   L'avarice perd tout en voulant tout gagner. Je ne veux, pour le témoigner, Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable, Pondait […]
  • Chanson d’amour (Pierre de Ronsard)Chanson d’amour (Pierre de Ronsard)   Pierre de Ronsard   Chanson XV Quand ce beau printemps je vois, J'aperçois Rajeunir la terre et l'onde, Et me semble que le jour Et l'amour, Comme […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: