Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Carl Maria von Weber

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...


Carl Maria von Weber

Carl Maria Friedrich Ernest von Weber est un compositeur allemand de musique romantique né le 18 novembre 17862 à Eutin, près de Lübeck, et mort le 5 juin 1826 à Londres.

Il est l’auteur de deux des opéras les plus célèbres du répertoire romantique allemand : Der Freischütz (1821) et Euryanthe (1823).

Euryantha : http://www.epdlp.com/clasica.php?id=544

El Cazador Furtivo :

Obertura http://www.epdlp.com/clasica.php?id=542

Coro de cazadores http://www.epdlp.com/clasica.php?id=543

Oberon : http://www.epdlp.com/clasica.php?id=545 

Carl Maria von Weber est issu d’une famille vouée à l’art depuis longtemps. Son père, Franz Anton, se déclare baron de son propre chef. Il débute comme officier et finit comme directeur de différents groupes dramatiques obscurs. C’est néanmoins un excellent violoniste. Les cousines de Carl Maria, Josepha, Aloysia, Constanze et Sophie (filles du frère de Franz Anton, Franz Fridolin) atteindront une grande réputation comme chanteuses. Mozart, après avoir été éconduit par Aloysia, épousera Constanze, devenant ainsi cousin de Weber par alliance.

Carl est un enfant souffreteux, doté d’une maladie héréditaire de l’articulation de la hanche qui l’empêche de marcher avant l’âge de quatre ans. Il voyage néanmoins beaucoup et on lui enseigne très tôt le chant et le piano.

En 1798, Michael Haydn lui donne gratuitement des cours à Salzburg. En mars de la même année, sa mère meurt. En avril, la famille visite Vienne avant de s’installer à l’automne à Munich. C’est là que Weber compose ses premières œuvres : six fugues, une messe et un opéra Die Macht der Liebe und des Weins, aujourd’hui disparu. Un ensemble de Variations pour le pianoforte composé un peu plus tard est lithographié par Carl lui-même, sur le conseil d’Aloys Senefelder, l’inventeur du procédé pour lequel lui et son père montrent un grand intérêt.

En 1800, la famille se rend à Fribourg-en-Brisgau, où Weber, bien que n’ayant pas encore quatorze ans, met en musique un livret du chevalier von Steinsberg, Das Waldmädchen, créé en novembre au théâtre de la ville. La représentation n’est pas un succès et le compositeur avouera lui-même plus tard que c’était une œuvre « très immature » ; elle est cependant reprise à Chemnitz et même à Vienne.

Carl retourne avec son père à Salzbourg en 1801, continuant ses études sous la direction de Michael Haydn. Il compose un nouvel opéra Peter Schmoll und seine Nachbarn, produit sans succès à Nuremberg, en 1803. Weber est placé sous la direction de l’abbé Vogler qui, au bout d’un an, le fait entrer comme maître de chapelle au théâtre municipal de Breslau. Sa vie est néanmoins tumultueuse : il contracte des dettes et perd sa voix en buvant accidentellement un acide utilisé en lithographie, manquant de mourir. Il entreprend la composition d’un opéra romantique, Rübezahl, mais abandonne finalement le projet (seuls subsistent un quintette et l’ouverture, réécrite en 1811 sous le titre Der Beherrscher der Geister).

Quittant Breslau en 1806, il devient intendant de musique au château du duc de Wurtemberg (branche protestante) à Carlsruhe en Souabe et professeur de musique de la jeune princesse Marie-Dorothée de Wurtemberg. De 1807 à 1810, il est secrétaire à Stuttgart du prince Louis en même temps que professeur de musique des jeunes princesses. La liaison de Weber avec la cantatrice Margarethe Land et les manipulations financières de son père lui font perdre ses fonctions et tous deux sont bannis. Le 27 février 1810, ils commencent une nouvelle vie à Mannheim.

Weber entreprend un singspiel en un acte, Abu Hassan, puis s’installe à Darmstadt pour être près de son vieux maître, l’abbé Vogler, et de ses compagnons d’études, Giacomo Meyerbeer et Johann Baptist Gänsbacher. Le 16 septembre 1810, il fait créer Sylvana à Francfort-sur-le-Main, mais avec un succès très mitigé. Abu Hassan est terminé à Darmstadt en janvier 1811, après de nombreuses interruptions et créé le 4 juin. C’est cette même année qu’il imagine l’une des œuvres romantiques les plus fondamentales pour la clarinette : le Concerto no 1 en fa mineur, op. 73, suivi le 25 novembre du Concerto no 2 en mi bémol majeur, op. 74. Ces deux œuvres ne seront publiées que bien plus tard, en 1822.

Weber entame une tournée en février, pendant laquelle il se lie d’amitié avec plusieurs personnes influentes, et obtient un succès en juin à Munich. Son père meurt à Mannheim en 1812. En 1813, il est nommé maître de chapelle national à Prague, fonction qu’il occupe avec succès jusqu’à l’automne 1816. Pendant cette période, il se concentre sur la musique pour piano-forte. L’état troublé de l’Europe lui inspire aussi ses meilleures pages patriotiques, dont les dix chansons Leyer und Schwerdt, sur des poèmes de Theodor Körner comprenant « Vater, ich rufe dich » et « Lutzow’s wilde Jagd », ainsi que les chœurs de la cantate Kampf und Sieg, qui est présentée la première fois à Prague, le 22 décembre 1815.
Le Freischütz
Statue de Weber à Dresde (Theaterplatz) par Rietschel

Weber démissionne de son poste à Prague en septembre 1816. Le 1er décembre, le roi de Saxe Frédéric Auguste le nomme maître de chapelle à l’opéra de Dresde. Les opéras italiens donnés à la cour étaient alors supervisés par le jaloux et intrigant Francesco Morlacchi. Le roi, cependant, place les deux maîtres de chapelle sur le même niveau de titre et de salaire, ce qui permet à Weber d’exercer ses aptitudes d’organisation et de direction. Il écrit durant cette période la musique de scène de plusieurs pièces de théâtre : König Yngurd (1817) d’A. Müllner, Heinrich IV, König von Frankreich de Eduard Gehe et Lieb um Liebe de Anton Rublack (1818), et surtout son célèbre Rondo brillant en ré bémol majeur dit « Invitation à la valse »3 en 1819.

Il consacre peu à peu son attention sur une idée qui germe depuis longtemps dans son esprit : l’adaptation d’un conte populaire germanique qui lui semble parfait pour servir de véhicule à la nouvelle forme d’art qu’est l’opéra romantique, dont les canons ont été arrêtés par Ludwig van Beethoven avec Fidelio (1805). Weber avait mis en scène les cérémonies chevaleresques dans Sylvana et abordé le thème du surnaturel dans Rübezahl, mais les personnifications fantomatiques n’y étaient qu’évoquées. Mêlant les deux, Johann Friedrich Kind lui fournit le livret, intitulé Des Jägers Braut (La fiancée du chasseur), de ce qui va devenir son opéra le plus célèbre, Der Freischütz4 .

Il épouse entre-temps la cantatrice Carolina Brandt et compose la musique de scène du drame gitan de Pius Alexander Wolff, Preciosa. Suite aux difficultés politiques à Dresde, Der Freischütz est créé à Berlin le 18 juin 18215. C’est un triomphe, tout comme à Vienne, le 3 octobre suivant, et à Dresde, le 26 janvier 1822. Cependant, sa place de maître de chapelle n’en est pas améliorée. Weber refuse des propositions tentantes à Berlin et Kassel (Louis Spohr obtint ce dernier poste). De même la composition de son opéra-comique, Die drei Pintos, n’avance pas (il finira par abandonner le projet en 1824, qui sera achevé et par Gustav Mahler et créé en 1888).
Euryanthe

Weber est en effet accaparé par un livret qui lui semble plus adapté au langage musical qu’il souhaite désormais développer : celui de Wilhelmine von Chezy, basé sur l’histoire d’Euryanthe telle que racontée au XIIIe siècle par le Roman de la violette de Gerbert de Montreuil, et les changements apportés notamment par le Décaméron de Boccace et de Cymbeline de Shakespeare. Loin des frayeurs surnaturelles du Freischütz, l’élément romantique est fourni par les manières chevaleresques du Moyen Âge, constituant un prototype du genre qui serait perfectionné vingt ans plus tard par Wagner dans Lohengrin6. C’est ainsi l’un des tout premiers opéras allemands sans dialogues parlés, avec une tentative de fusion des arts. Les récitatifs y sont plus élaborés que dans l’œuvre précédente. Créé à Vienne le 25 octobre 1823, le rôle-titre est confié à Henriette Sontag.
Oberon
Article détaillé : Oberon (opéra).
Tombe de Weber à l’ancien cimetière catholique de Dresde

À l’été 1824, Weber rencontre à Marienbad le directeur de Covent Garden, Charles Kemble, qui le convainc de composer un opéra en anglais d’après Le Songe d’une nuit d’été et La Tempête de Shakespeare. Oberon est créé le 12 avril 1826 à Londres sous la direction musicale de Weber, mais le compositeur n’est pas satisfait du livret, défiguré selon lui par les dialogues parlés abandonnés dans Euryanthe. Affaibli par la tuberculose, il entreprend néanmoins immédiatement la révision de la partition et l’adaptation du livret en allemand en revenant aux sources du poème de Christoph Martin Wieland, mais meurt brusquement le 5 juin 1826. Son corps est rapatrié en Allemagne et est enterré à l’ancien cimetière catholique de Dresde. La version allemande d’Obéron sera créée de façon posthume à Leipzig le 23 décembre 1826.
Œuvres
Musique lyrique

Die Macht der Liebe und des Weins (1798) – détruit
Das Waldmädchen (1800), opéra en deux actes, livret de Karl Ritter von Steinsberg
Peter Schmoll und seine Nachbarn (1802), opéra en deux actes, livret de Joseph Türk
Rübezahl (1804), opéra, livret de J.G. Rohde – fragments
Silvana (1810), opéra en trois actes, livret de Franz Carl Hiemer
Abu Hassan (1811), singspiel en un acte, livret de Franz Carl Hiemer
Der Freischütz (1821), opéra en trois actes, livret de Johann Friedrich Kind
Die drei Pintos, opéra-comique, livret de Theodor Hell – composé entre 1821 et 1824 mais inachevé. Complété par Gustav Mahler et créé en 1888
Euryanthe (1823), opéra en trois actes, livret de Helmina von Chézy
Oberon (1826), opéra en trois actes, livret de James Robinson Planché d’après Christoph Martin Wieland

Musique de scène

Turandot, op.37 (1809), drame de Friedrich von Schiller d’après Carlo Gozzi – Ouverture et six numéros
König Yngurd (1817), drame de A. Müllner – Ouverture et dix numéros et un lied « Lasst den Knaben nicht den Raben »
Heinrich IV, König von Frankreich (1818), drame de Eduard Gehe – Huit numéros
Lieb um Liebe (1818), drame de Anton Rublack – Quatre chansons, une marche et un mélodrame
Preciosa (1821), drame de Pius Alexander Wolff d’après Cervantes – Ouverture et onze numéros

Musique vocale

Weber a composé plus de 90 lieder.

Cantate « Der erste Ton » pour chœur et orchestre, op. 14 (1808/1810)
Récitatif et rondo « Il momento s’avvicina » pour soprano et orchestre, op. 16 (1810)
Hymne « In seiner Ordnung schafft der Herr » pour solistes, chœur et orchestre, op. 36 (1812)
Cantate « Kampf und Sieg » pour solistes, chœur et orchestre, op. 44 (1815)
Scène et air d’Athalie « Misera me! »pour soprano et orchestre, op. 50 (1811)
Cantate de jubilé pour le 50e anniversaire du règne du roi Frédéric-Auguste Ierde Saxe pour solistes, chœur et orchestre, op. 58 (1818)

Musique symphonique

Symphonie no 1 en ut majeur, op. 19 (1807)
Symphonie no 2 en ut majeur (1807)
Ouverture de concert en mi bémol majeur, op. 8 (1807)
Ouverture pour Beherrscher der Geister, op. 27 (1811)
Jubel-Ouvertüre, op. 59 (1818)

Musique concertante

Six variations sur le thème « A Schüsserl und a Reind’rl » pour alto et orchestre (1800/1806)
Romance sicilienne pour flûte et orchestre (1805)
Grand Pot-Pourri pour violoncelle et orchestre en ré majeur, op. 20 (1808)
Andante et rondo hongrois pour alto et orchestre (1809)
Variations pour violoncelle et orchestre en ré mineur (1810)
Concerto pour piano no 1 en ut majeur, op. 11 (1810)
Adagio et rondo pour harmonichord et orchestre en fa majeur (1811)
Concerto pour basson en fa majeur, op. 75 (1811/1822)
Concerto pour clarinette no 1 en fa mineur, op. 73 J. 114 (1811)
Concerto pour clarinette no 2 en mi bémol majeur, op. 74 (1811)
Concertino pour clarinette et orchestre en mi bémol majeur, op. 26 (1811)
Concerto pour piano no 2 en mi bémol majeur, op. 32 (1812)
Andante et rondo ungarese pour basson et orchestre en ut mineur, op. 35 (1813)
Morceau de concert pour cor et orchestre en mi mineur, op. 45 (1815)
Morceau de concert pour piano et orchestre en fa mineur, op. 79 (1821)

Musique de chambre

Quatuor avec pianoforte en si♭majeur (1806-1809)
Neuf variations sur un air norvégien pour violon et piano, op. 22 (1808)
Six Sonates progressives pour le pianoforte avec violon obligé dédiées aux amateurs, op. 10 (1810)
Sept variations pour clarinette et piano dites « Silvana Variationen », op. 33 (1811)
Quintette avec clarinette en si bémol majeur, op. 34 (1815)
Grand duo concertant pour clarinette et piano en mi bémol majeur, op. 48 (1816)
Divertimento assai facile pour guitare et piano en ut majeur, op. 38 (1816-1817)
Trio pour flûte, violoncelle et piano en sol mineur, op. 63 (1819)
Romance pour trombone et piano en ut mineur (sans numéro d’opus)

Musique pour piano

Six fugues, op. 1 (1798)
Six variations sur un thème original, op. 2 (1800)
Six pièces pour piano à quatre mains, op. 3 (1801)
Douze allemandes, op. 4 (1801)
Huit variations sur un thème de l’abbé Vogler, op. 5 (1804)
Six variations, op. 6 (1804)
Sept variations sur « Vien quà, Dorina bella », op. 7 (1807)
Sept variations sur un thème original, op. 9 (1808)
Huit pièces pour piano à quatre mains, op. 10 (1809)
Momento capriccioso en si majeur, op. 12 (1808)
Grande polonaise en mi bémol majeur, op. 21 (1808)
Sonate pour piano no 1 en ut majeur, op.24 (1812)
Sept variations sur la romance « À peine au sortir de l’enfance », op. 28 (1812)
Sonate pour piano no 2 en la bémol majeur, op.39 (1816)
Variations sur « Schöne Minka », op. 40 (1816)
Sonate pour piano no 3 en ré mineur, op.49 (1816)
Sept variations sur un chant tzigane, op. 55 (1817)
Huit pièces pour piano à quatre mains, op. 60 (1819)
Rondo brillante en mi bémol majeur, op. 62 (1819)
Rondo brillant en ré bémol majeur dit « Invitation à la danse » (ou : « à la valse »), op. 65 (1819)
Sonate pour piano no 4 en mi mineur, op.70 (1819)
Polonaise brillante en mi majeur, op. 72 (1822) – orchestrée par Franz Liszt
Valse-Laendler

Musique sacrée

Messe no 1 en mi mineur (1818)
Messe no 2 en sol mineur, op. 76 (1818–19)

Anecdote

Dans son roman La Dame aux camélias (chapitre 9), Alexandre Dumas fait jouer l’Invitation à la valse (Rondo brillant en ré bémol majeur) de Weber à Marguerite Gautier et à son ami Gaston.

Publié par

A ne pas manquer :

  • Johann StraussJohann Strauss   Marche de Radetzky   Johann Strauss dit Johann Strauss père est un compositeur et chef d'orchestre autrichien, né à Vienne le 14 mars 1804 et mort en cette ville […]
  • Johannes BrahmsJohannes Brahms   Johannes Brahms [joːˈhanəs ˈbʁaːms] (né le 7 mai 1833 à Hambourg, mort le 3 avril 1897 à Vienne) est un compositeur, pianiste et chef d'orchestre allemand. Johannes […]
  • BeethovenBeethoven        « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven est un compositeur allemand né à Bonn […]
  • Franz SchubertFranz Schubert     Franz Peter Schubert est un compositeur autrichien né le 31 janvier 1797 à Lichtenthal, l'un des quartiers du neuvième arrondissement de Vienne, et mort dans […]
  • Franz LisztFranz Liszt Franz Liszt (Liszt Ferenc en hongrois) est un compositeur, transcripteur et pianiste virtuose hongrois (de l'Empire d'Autriche), né à Doborján (aujourd'hui Raiding, en […]
  • ChopinChopin   Frédéric François Chopin (en polonais : Fryderyk Franciszek Chopin ou Szopen) est un compositeur et pianiste virtuose, né le 1er mars 1810 à Żelazowa Wola (Pologne), et mort à […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: