Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Charles Garnier

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

EN: Frédéric NIETZSCHE, Beyond Good and Evil (EN) Friedrich Nietzsche, Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None (EN) Friedrich Nietzsche, Ecce ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Marcel Proust À la recherche du temps perdu - Litterature audio.com    L'Œuvre Intégrale / Durée : 145 heures Du Côté De Chez ...

En savoir plus...


Charles Garnier

Jean-Louis-Charles Garnier, né à Paris le 6 novembre 1825 et mort dans la même ville le 3 août 1898, est un architecte français.

Il gagne le concours de l’Opéra en 1861, et commence une série de nombreux voyages pour visiter toutes les grandes salles d’Europe. Il prend des notes, fait des relevés sur l’espacement des sièges, le nombre de rangées, beaucoup d’études sur l’acoustique, sans parvenir à la fin à comprendre comment le son pouvait se maîtriser scientifiquement. Il fit beaucoup de remarques sur les lustres qui étaient au centre du volume de chaque grande salle, leur importance et leur situation faisaient apprécier ou, au contraire, de l’ombre à la qualité de l’architecture. La visite des carrières de pierres et de marbres font aussi l’objet de ces recherches pour choisir quelles textures et quelles couleurs entreraient dans son projet.

Le chantier est ouvert en août 1861, en novembre commencent les pieux de fondation. Le terrain est marécageux et les fondations seront difficiles. Il faudra 7 mois pour pomper la nappe phréatique. Les bâtiments voisins se construisent plus vite et Garnier a la surprise de constater qu’ils sont plus hauts que son Opéra. Il revoit sa façade et ajoute un attique pour qu’elle soit plus monumentale. Le chantier se déroule assez lentement, des difficultés de crédits, mais aussi des critiques de l’opposition. En août 1867 on découvre la façade éblouissante. Le chantier sera arrêté en 1870, par la guerre et en 1871 par la Commune. Garnier quittera Paris pour Menton à ce moment-là pour éviter la période difficile de la Commune. Sa carrière va devenir méditerranéenne. Il achète un terrain à Bordigherra et y construira sa villa l’année suivante. Le chantier reprendra après la Commune et à la suite de l’incendie de l’Opéra de la rue Le Peletier en 1873 les travaux s’accélèrent, on travaille jour et nuit.

L’Opéra de Paris est inauguré le 5 janvier 1875 par le Président Mac-Mahon. Garnier a 50 ans. Il est promu officier de la Légion d’honneur.

Garnier a une vie sociale assez intense. Il est chaleureux, il s’est fait de nombreux amis, et porte de l’intérêt à tous ceux qui l’entourent. Il écrit assez régulièrement des articles dans la presse, sur l’architecture, mais aussi sur les arts en général. Il veut aussi être écrivain. Dans sa carrière, ses publications sont nombreuses. Charles Garnier est reconnu comme écrivain. Il est membre de la Société des Gens de lettres en 1883.

Il est élu à l’Académie française en 1874, il prend le fauteuil de Baltard qui avait été son Directeur au début de sa carrière d’architecte de la ville de Paris.

Le train de Paris arrive en Italie, à Bordighera en 1871. La petite bourgade va se développer et devenir une station très recherchée par les riches hivernants européens, particulièrement les Anglais. Bordighera possède une palmeraie réputée, pour l’acclimatation et la production de palmiers dattiers. Garnier achètera les terrains contigus pour agrandir sa palmeraie.

Sa villa, très novatrice, est entourée d’un beau jardin avec une grande palmeraie. Elle n’est pas refermée sur un patio comme de nombreuses villas méditerranéennes, mais au contraire très ouverte avec une tour terminée par un belvédère. À partir de1873 il passera de longs mois d’hiver dans sa villa en Italie, pour la santé fragile de son fils, pour se reposer de la vie parisienne, mais aussi pour ses importants nouveaux chantiers, Ses amis viendront nombreux passer quelque temps en compagnie de sa famille.

En 1874, Il fera un plan d’aménagement urbain pour la ville de Bordighera et le projet d’une école. Construite en 1886, elle est devenue aujourd’hui l’Hôtel de Ville.

En 1876, Raphaël Bischoffheim, banquier et Administrateur des chemins de fer de la Côte d’Azur, futur mécène de l’Observatoire de Nice, lui commande une villa à Bordighera. Après plusieurs projets elle sera terminée en 1880. Elle est conçue dans un style semblable à la villa de Garnier.

Cette même année, François Blanc, Président de la Société de Bains de Mer de Monaco, lui passe commande d’une salle de concert pour 1879 et d’un casino pour 1881. La rapidité et la qualité de ses réalisations sont encore très impressionnantes aujourd’hui. La richesse de la décoration, avec beaucoup d’ors, veut attirer le joueur qui veut devenir riche. Elle est conforme au caractère d’un casino, récemment restauré, les ors brillent encore plus, ils entretiennent toujours le mythe de la fortune possible en quelques coups de chance.

En 1878, il construit à Paris le Cercle de la Librairie. Une commande suit : l’annexe de la librairie Hachette et une autre encore, l’immeuble de la famille Hachette, 195, Boulevard Saint-Germain.

En 1879, Garnier visite du terrain de 15 hectares, acheté par Bischoffheim pour construire le nouvel Observatoire de Nice sur le Mont-Gros. Son projet sera accepté en décembre, l’ensemble sera terminé en 1887. Bischoffheim a demandé à l’ingénieur Eiffel de concevoir une coupole mobile pour le grand équatorial de l’observatoire. Il propose donc une coupole « flottante », imaginée par Gustave Eiffel. Garnier connaissait Eiffel et avait défendu cette idée lors d’un concours pour l’observatoire de Paris, il acceptera donc cette disposition.

Le projet est un ensemble de bâtiments disposés dans un grand parc. Outre les lunettes, volumes majeurs du programme, une importante bibliothèque, des bâtiments pour les études, des ateliers, des magasins pour la maintenance de l’ensemble les habitations, les services généraux sont disposés selon un plan paysager. L’architecture n’est plus à la riche décoration mais correspond à la rigueur et à la grandeur du projet.

En août 1883, Garnier séjourne à Vittel où il participera à la construction du casino, de la salle à manger du grand hôtel et d’une chapelle. Il reviendra, en 1885, pour la fin des travaux fera jouer un « impromptu » de sa composition.

En 1889, l’architecte est promu au rang de commandeur de la Légion d’honneur.

Un autre grand chantier de Garnier : « l’histoire de l’habitation humaine ». 44 maisons seront construites sur le Champ de Mars pour l’exposition universelle de 1889, au pied de la tour Eiffel.

Grâce à sa notoriété, Charles Garnier est appelé à de nombreuses fonctions honorifiques, mais prestigieuses pour la plupart. Il est : . Architecte conseil pour l’exposition de 1889, . Vice-président du Conseil des Bâtiments civils, . Secrétaire du Comité de la Société des Artistes Français, . Membre du Comité du journal de l’Architecture. Conseiller d’honneur de la Société Centrale des Architectes. . Membre de la Commission des Monuments Historiques.

En 1895, il est promu au rang de Grand-Officier de la Légion d’honneur.

À Bordighera, il n’est pas inactif. Il construit l’église Terrasanta, et participe à la restauration de l’église Santa Maria Maddalena. Il construit pour son fils la villa « studio » avec un grand atelier de dessin.

À Menton 2 villas lui sont attribuées. En 1882 Foucher de Careil, ambassadeur de France, ami de Ferdinand de Lesseps, lui aurait commandé la villa Maria Serena en bord de mer, et en 1892 la maison de famille, 81, Boulevard Garavan. Aucun document ne justifie ces attributions, mais le style de Garnier et ses bonnes relations avec les propriétaires le laissent supposer.

En 1895, il édifie le tombeau de Charles Odin, chanteur d’Opéra au cimetière Montmartre. Il semble que ce soit sa dernière Œuvre de Garnier. Il a fait de nombreux tombeaux durant sa carrière. Ceux de Victor Massé, et Jules-Laurent Duprato également au cimetière Montmartre, celui de Georges Bizet au cimetière du Père-Lachaise, le monument à la mémoire du Général Saget à Grandvilliers, la Chapelle funéraire de la famille Henraux au cimetière de San Miniato à Florence.

En 1898, il meurt d’un accident vasculaire cérébral. Il est enterré à Paris, au cimetière du Montparnasse.

Après la mort de son mari, Louise Garnier, réunira et classera, pendant vingt ans, tous ses documents pour présenter l’œuvre de Charles sous son meilleur jour.  Elle lèguera à la Bibliothèque de l’École des Beaux-Arts, une grande partie de ses dessins, notes, caricatures et aquarelles ; les autres documents iront à la bibliothèque du Musée de l’Opéra. En 1903, la place Charles-Garnier, attenante à l’opéra de Paris, est nommée après lui en hommage.

Principales réalisations

En France

À Paris

    1859-1860. Maison de rapport, 75 boulevard de Sébastopol, Paris 2e.
1862. Magasins de décor, rue Richer, Paris 9e ; détruits par incendie en 1894.
1865-1870. Hôtel particulier, rue du Docteur-Lancereaux ; connu sous le nom de « maison opéra ».
1862-1874. Palais-Garnier, place de l’Opéra, Paris 9e.
1879. Cercle de la librairie, 117 boulevard Saint-Germain, Paris 6e, à l’angle de la rue Grégoire-de-Tours.
1880. Tombeau de Georges Bizet, cimetière du Père-Lachaise, Paris 19e.
1881. Tombeau du général Henri Saget, Grandvilliers (Oise) ; avec Gustave Crauck, sculpteur.
1881. Maison à loyers et hôtel de Georges Hachette, 195 boulevard Saint-Germain, Paris 7e.
1881. Panorama Français (ou Panorama Valentino), 251 rue Saint-Honoré Paris 1er ; transformé en cirque en 1886, le Nouveau Cirque, fermé en 1926.
1883. Le Panorama Marigny, avenue de Marigny, Paris 8e ; devenu théâtre Marigny en 1892-1894.
1883. Tombeau de Jacques Offenbach, cimetière de Montmartre, Paris 18e.
1885. Tombeau de Victor Massé, cimetière de Montmartre, Paris 18e.
1885. Décoration de l’Arc de triomphe pour les funérailles de Victor Hugo, place de l’Étoile.
1889. Présentation de l’histoire de l’habitation humaine à l’Exposition universelle.
1892. Tombeau du compositeur Jacques Duprato.
1894. Ateliers Berthier, 32 boulevard Berthier ; annexe de l’Opéra et lieu de fabrication des décors et de dépôt des costumes de scène ; ce bâtiment constitue sa dernière réalisation ; avec Joseph Cassien-Bernard.

En province

    1858-1860. Chapelle sépulcrale de la famille de Luynes, église Saint-Pierre, Dampierre-en-Yvelines (Yvelines).
1880. Villa de Francisque Sarcey, Rosendaël (Nord).
1882. Mausolée de la famille Savart, Saint-Michel (Aisne).
1885-1886. Observatoire astronomique du Mont Gros à Nice (Alpes-Maritimes) ; en collaboration avec l’ingénieur Gustave Eiffel pour la coupole.
1887. Ca sino et établissement thermal de Vittel (Vosges).
1897. Église Sainte-Grimonie, La Capelle (Aisne).

À l’étranger

À Monaco

    Casino, opéra et Grand hôtel de Paris, Monte-Carlo.

À Bordighera (Italie)

    Église de l’Immaculée Conception (Chiesa dell’Immacolata Concezione)
École communale ; devenue la mairie de la ville (Palazzo Comunale)
Villa Bischoffsheim ; devenue Villa Etelinda
Villa Garnier (1872)
Villa Studio.

À Allemagne

    Casino, Baden-Baden

Publications de Charles Garnier

    À travers les Arts, causeries et mélanges, éditions Hachette, Paris, 1869
Le Théâtre, éditions Hachette, Paris, 1871
Le Nouvel Opéra, ** Édition originale : 2 vol., Paris, Ducher et Cie, 1880.
Prologue et couplets de l’impromptu de Charles Garnier, Imprimerie Fricotel à Epinal, 1885
l’Observatoire de Nice, monographie, éditions André Daly à Paris, 1889
l’habitation humaine, écrit avec Auguste Ammann, édité par La librairie moderne à Paris en 1892

Citations

    En 1851, alors qu’il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome et à l’occasion d’un voyage à Athènes, Garnier s’exclame en découvrant le Parthénon : « Il n’y a pas à choisir entre les arts, il faut être Dieu ou architecte. »
« Les ingénieurs ont de fréquentes occasions d’employer le fer en grandes parties, et c’est sur cette matière que plus d’un fonde l’espoir d’une architecture nouvelle. Je lui dis tout de suite, c’est là une erreur. Le fer est un moyen, ce ne sera jamais un principe. »

Articol scris de online-litterature

A ne pas manquer :

  • Eugène DelacroixEugène Delacroix Ferdinand-Victor-Eugène Delacroix, né le 26 avril 1798 à Charenton-Saint-Maurice1 (Seine), mort le 13 août 1863 à […]
  • Étienne DinetÉtienne Dinet Alphonse-Étienne Dinet, devenu plus tard Nasreddine Dinet après sa conversion à l'Islam, né le 28 mars 1861 à Paris […]
  • Vermeer de DelftVermeer de Delft Johannes ou Jan Van der Meer, dit Vermeer ou Vermeer de Delft, baptisé à Delft le 31 octobre 1632, et inhumé dans cette même ville le […]
  • UtrilloUtrillo Maurice Utrillo, né Maurice Valadon le 26 décembre 1883 à Paris 18e et mort le 5 novembre 1955 à Dax, est un peintre français de […]
  • L’amoureuse (Paul Eluard)L’amoureuse (Paul Eluard)   Paul Eluard   Elle est debout sur mes paupières Et ses cheveux sont dans les miens, Elle a la forme de ma main, Elle a la couleur de mes yeux, Elle […]
  • Édouard ManetÉdouard Manet Édouard Manet (né à Paris le 23 janvier 1832 - mort à Paris le 30 avril 1883) est un peintre français […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: