Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Claude Monet

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...


Oscar-Claude Monet (14 novembre 1840 à Paris – 5 décembre 1926 (à 86 ans) à Giverny), dit Claude Monet, est un artiste-peintre français, l’un des fondateurs du mouvement impressionniste, peintre de paysages et de portraits.
Claude Monet est né à Paris le 14 novembre 1840 au 45, rue Laffitte dans le 9e arrondissement. Il est le second fils d’Adolphe et Louise-Justine Monet, née Aubrée après Léon (1836–1917). Baptisé sous le nom d’Oscar-Claude à Notre-Dame de Lorette, il est appelé Oscar par ses parents1. Il aime à dire plus tard qu’il est un vrai Parisien comme ses grands-parents et ses parents, tous quatre nés à Paris. La famille, grands-parents paternels compris, s’installe au Havre en Normandie vers 1845, l’année de ses cinq ans. C’est probablement un déménagement décidé sous l’influence de sa tante Marie-Jeanne Lecadre, épouse d’un commerçant havrais qui accueille son beau-frère dans sa maison. Son père y tenait un commerce d’articles coloniaux.
Le jeune Oscar n’est pas un élève très appliqué selon ses propres dires, mais il apparaît dans les annales du collège havrais qu’il fréquente comme « une excellente nature très sympathique à ses condisciples ». De manière précoce, il développe un goût pour le dessin et il suit avec intérêt le cours d’Ochard, un ancien élève de David. Ses premiers dessins sont des caricatures (appelées « portraits-charges ») de personnages (professeurs, hommes politiques) dont Monet « enguirlande la marge de ses livres… en déformant le plus possible la face ou le profil de ses maîtres » selon ses propres termes. Il fait déjà des croquis de bateau et des paysages en « plein air » sur le motif.
En 1857, sa mère décède et il abandonne ses études. Sa tante Lecadre l’accueille et l’encourage à continuer le dessin. Il vend ses caricatures signées « O. Monet » chez un commerçant spécialisé dans le matériel pour peintres, où expose également Eugène Boudin, ancien associé du propriétaire. C’est là qu’il va faire sa connaissance, déterminante pour sa carrière artistique  : « Si je suis devenu un peintre, c’est à Eugène Boudin que je le dois ». Il conseille aussi à son jeune comparse à quitter Le Havre pour Paris dans le but d’y prendre des cours et d’y rencontrer d’autres artistes.
En 1861 et 1862, Monet sert dans l’armée en Algérie. Sa tante havraise, Mme Lecadre, accepte de l’en faire sortir s’il prend des cours d’art à l’université. Il quitte donc l’armée, mais n’aime pas les styles traditionnels de peinture enseignés à l’académie. En 1862, il se lie d’amitié avec Johan Barthold Jongkind et retrouve Eugène Boudin, lors de son séjour à Sainte-Adresse et à la ferme Saint-Siméon à Honfleur. De sa période honfleuraise en compagnie de ces deux peintres, Monet conservera un attachement et ils auront une influence essentielle dans la genèse de son art.
Vers la maturité
La même année en 1862, il commence à étudier l’art dans l’atelier de l’École impériale des beaux-arts de Paris dirigé par Charles Gleyre à Paris, où il rencontre Pierre-Auguste Renoir avec qui il fonde un mouvement artistique qui s’appellera plus tard impressionniste. Ils ont peint ensemble et ont maintenu une amitié durant toute leur vie. Il se lie également avec le peintre Frédéric Bazille avec qui il entretient une importante correspondance (et qui mourra au champ d’honneur en 1870). Le peintre Alfred Sisley fréquente aussi l’atelier de Gleyre. Impécunieux, il se fait souvent prêter de l’argent par ses amis mais ses tableaux sont souvent saisis au point qu’il fait une tentative de suicide au printemps 1868.
En dépit de sa pauvreté persistante, le 28 juin 1870 il épouse un de ses modèles, Camille Doncieux (peut-être pour échapper à la mobilisation de l’armée en vue de la guerre de 18702) et son ami Courbet signe parmi les témoins3. Camille lui servit plusieurs fois de modèle, notamment pour La dame à la robe verte et surtout Femmes au jardin, peint initialement dans le jardin de Monet vers la fin des années 1860 et acheté 2 500 francs par Frédéric Bazille, toile montrant pour la première fois la lumière naturelle et changeante. Ils emménagent dans une maison à Argenteuil, près de la Seine, après la naissance de leur premier enfant.
La guerre étant déclenchée en juillet 1870, ils quittent la capitale menacée où il n’a ni logement ni ressources, pour Trouville-sur-Mer4. Ils vivent ensuite à Vétheuil où Camille décède le 5 septembre 1879 ; il l’a peinte sur son lit de mort.
Lors de son premier déplacement au Royaume-Uni pour fuir la guerre franco-allemande de 1870, il avait eu l’occasion d’admirer les œuvres du peintre britannique Turner (1775–1851) et avait été impressionné par sa manière de traiter la lumière, notamment dans les œuvres présentant le brouillard de la Tamise. Il avait rencontré à cette occasion le peintre américain James Abbott McNeill Whistler (1834–1903), également influencé par Turner, avec lequel il s’était lié d’amitié.
C’est en 1872 qu’il avait peint un paysage du port du Havre : Impression soleil levant (actuellement au musée Marmottan à Paris). Cette œuvre avait été présentée au public lors de la première exposition „des refusés” en 1874. La manifestation n’avait pas eu le grand succès attendu par les peintres et un grand nombre de comptes-rendus avaient été assez hostiles, particulièrement celui provenant du critique Louis Leroy du Charivari qui, inspiré par l’intitulé de ce tableau, s’était servi du mot « impression » pour se moquer du style des exposants, inventant par la même le terme impressionniste. Lors de leur troisième exposition en 1877, ces peintres reprirent à leur compte le terme d’impressionnisme jugé approprié pour identifier leur style. La première exposition était organisée par un groupe de peintres dont Monet avait pris la tête, la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs en réaction contre le « Salon » officiel.
La rencontre en 1873 avec le marchand d’art Paul Durand-Ruel qui devient son vendeur attitré et lui verse une rente mensuelle, lui permet de sortir de ses déboires financiers.
En 1883, Monet loue alors le pressoir et son clos normand à Giverny près de Vernon (Eure) et s’y installe alors définitivement.notes 1 Il a exactement 43 ans et n’est encore qu’au milieu de son existence. Il aménage la grande maison pour pouvoir y vivre avec sa nombreuse famille qui comprend ses propres fils Jean et Michel, Alice sa seconde femme et ses six enfants. Initialement une partie de la propriété servait de pressoir pour la production de cidre et de poiré. Les fruits nécessaires à cette activité étaient récoltés dans le verger que Monet va s’empresser de convertir en un vaste jardin floral, sous le regard incrédule des habitants de Giverny. Au début, il n’est que locataire, mais il pourra acheter la maison et le jardin attenant en 1890 quand sa situation financière se sera améliorée.
En 1884, commence sa longue amitié avec l’écrivain Octave Mirbeau, qui est désormais son chantre attitré et contribua à sa reconnaissance. En 1886, Paul Durand-Ruel lui ouvre les portes du marché américain  : la reconnaissance officielle qu’il obtient outre-Atlantique a pour contrecoup de développer le marché de l’art impressionniste en France dans les années 18905.
En 1889, Auguste Rodin et Claude Monet exposent conjointement « Rien que vous et moi » dans la galerie parisienne de Georges Petit. Cette exposition consacre les deux artistes.
À partir de 1890 vient le temps des séries, genre pictural connu de son ami Boudin, et dont l’idée s’était imposée peu à peu à partir de 1877 avec les gares Saint-Lazare alors qu’il n’habitait pas encore Giverny, et reprise après son installation dans le village, par exemple en 1886 avec les deux Essais de figure en plein-air (la Femme à l’ombrelle tournée vers la droite et la Femme à l’ombrelle tournée vers la gauche), les Rochers de Belle-Île la même année et surtout la Petite Creuse en 1889, lors de son séjour à Fresselines. Cette période commence à proprement parler par deux séries s’attachant à des éléments de décor naturels, Les Meules (de la fin 1890 au début 1891) et Les Peupliers (dans le courant de l’année 1891), avant de revenir à un motif plus humanisé, la Cathédrale de Rouen peinte sur le motif entre 1892 et 1894 selon trois emplacements distincts en face de l’édifice et à différentes heures du jour ; cette Série des Cathédrales de Rouen achevée en atelier en 1894 constitue, selon le titre de l’article que lui consacre son ami Georges Clemenceau en 1895 à l’occasion de l’exposition à la galerie Durand-Ruel de vingt de ces vues, une véritable révolution en peinture.
En 1892, Monet épouse Alice Hoschedénotes 2 qui était sa maîtresse sans doute depuis 18757 ou 18768 et avec qui il vivait depuis l’été 1878. Ce n’est qu’après le décès d’Ernest Hoschedé que Monet peut enfin épouser Alice. Elle a eu six enfants nés de son mariage avec Ernest  : quatre filles, Blanche, Suzanne, Marthe et Germaine, et deux garçons, Jacques et Jean-Pierre († 1960), qui se plaît à dire qu’il est le fils de Claude. Monet a eu deux garçons Jean (1867-1914) et Michel (1878-1966) de sa première union avec Camille, l’un et l’autre décèdent sans laisser de descendance, de sorte que Monet n’a eu aucune postérité directe.
En 1893, soit dix ans après son emménagement dans sa maison de Giverny, il achète un terrain partiellement marécageux et traversé par un bras de rivière avec trois tableaux. Il est situé idéalement en face de la maison en contrebas du Chemin du Roy où passe une voie de chemin de fer, ce qui fera dire à Georges Clémenceau « et en plus, il a le train chez lui ! ». Il y crée le jardin d’eau avec son étang aux nymphéas. Il lui inspirera quelques-unes de ses toiles les plus connues, dont les toutes dernières.
Ce qu’il avait vu à Londres dès 1870 l’incita à y revenir plusieurs fois. Lors de séjours de 1899 à 1901, prolongés par son travail en atelier jusqu’en 1904, il peint une autre série de tableaux, près d’une centaine, sur le thème du brouillard de Londres sur la Tamise.
Les Nymphéas, dans le jardin de Claude Monet à Giverny.
Monet aimait particulièrement peindre la nature contrôlée : son propre jardin, ses nymphéas, son étang et son pont, que le passionné des plantes qu’il était avait patiemment aménagés au fil des années. Il a également peint les berges de la Seine.
En 1914, Monet commence une nouvelle grande série de peintures de nymphéas, sur la suggestion de son ami Georges Clemenceau. À la fin de sa vie, Monet souffrait d’une cataracte qui altéra notablement sa vue. Sous les conseils de Clemenceau (qui a exercé la médecine pendant 20 ans), il fut opéré de l’œil droit dans les difficiles conditions de l’époque. Affecté par les modifications de ses perceptions visuelles consécutives à l’opération, il renonça à toute intervention sur son œil gauche. La maladie évoluant, elle eut un impact croissant sur ses derniers tableaux.
Claude Monet est décédé le 5 décembre 1926 et est enterré dans le cimetière de l’église Sainte-Radegonde de Giverny. Accouru au chevet du peintre, Clemenceau aurait insisté pour qu’on ne recouvre pas le corps d’un linceul noir, en expliquant que cela n’était pas convenable : « Pas de noir pour Monet ! Le noir n’est pas une couleur ! ». Il aurait alors arraché les rideaux aux motifs colorés de la fenêtre pour en recouvrir la dépouille du peintre.
1858 : Caricature, dessin au crayon noir (Musée Albert-André, Bagnols-sur-Cèze).
Terrasse à Sainte-Adresse (1867).
1859 : Camille.
1860 : La Mère au chapeau.
1861 : Un coin du studio.
1865 :
La Charrette.
Le Chêne, forêt de Fontainebleau.
Plage à Honfleur.
Le port de Trouville (1870).
1867 :
Femmes au jardin.
Terrasse à Sainte-Adresse.
Le Jardin des princesses.
L’Église Saint-Germain-l’Auxerrois.
La Jetée du Havre par mauvais temps.
1868 :
La Pie (Musée d’Orsay, Paris).
Au bord de l’eau.
Portrait de Bazille (Musée Fabre, Montpellier).
1869 :
Bain à la Grenouillère (Metropolitan Museum of Art, New York).
La Seine à Bougival le soir.
Impression soleil levant (1872).
1870 :
Plage à Trouville.
Hôtel des Roches Noires, Trouville.
1871 :
La Liseuse.
La Tamise à Westminster.
1872 :
Le Déjeuner.
Impression soleil levant (Musée Marmottan, Paris).
Bateaux sur la Seine à Rouen.
La Promenade (1875).
1873 :
Le pont du chemin de fer à Argenteuil (en vente aux enchères, mai 2008).
Les Coquelicots (Musée d’Orsay, Paris).
Carnaval Boulevard des Capucines.
1874 :
Bateaux quittant le port (Le Havre).
Le Pont d’Argenteuil (gravement endommagé lors de la Nuit Blanche de 200710).
1875 :
Régates à Argenteuil.
Femme à l’ombrelle.
La Promenade.
Train dans la neige.
Femme au métier.
Pruniers en fleur (1879).
1876 :
Le Bateau atelier.
La Japonaise.
Le Parc Monceau (3 tableaux)11.
1877 :
La Gare Saint-Lazare.
Cœur au soleil.
1878 :
La Seine à Vétheuil (Musée Malraux, Le Havre).
La Rue Montorgueil (Musée d’Orsay, Paris).
1880 : Les Falaises des Petites Dalles (Museum of Fine Arts, Boston, Massachussets).
1881 : Jardin de l’artiste à Vétheuil.
Mer agitée à Étretat (1883).
1882 :
Les Pêcheurs de Poissy.
Les Tilleuls à Poissy.
1883 :
Les Deux pêcheurs.
La Collégiale Notre-Dame de Vernon.
L’Arche d’Étretat.
Mer agitée à Étretat (Musée des Beaux-arts de Lyon).
1884 :
Les Falaises des Petites Dalles (Kreeger Museum, Washington, D.C.).
La Corniche de Monaco.
La Route rouge près de Menton.
Les Villas à Bordighera.
Trois bateaux de pêche (1886).
1885 :
Les Falaises à Étretat.
Étretat, la Manneporte, reflets sur l’eau (Musée des Beaux-Arts de Caen).
Meule soleil couchant (1890-1891).
1886 :
Autoportrait.
Belle-Île.
Les Pyramides de Port-Coton, Belle-Île-en-Mer.
Les Rochers de Belle-Île.
Rochers à Port-Goulphar, Belle-Île-en-Mer.
Tempête, côte de Belle-Île.
Essai de figure en plein-air : Femme à l’ombrelle tournée vers la droite (Musée d’Orsay).
Essai de figure en plein-air : Femme à l’ombrelle tournée vers la gauche (Musée d’Orsay).
1887 :
La Barque (Musée Marmottan Monet, Paris)
Les Champs au printemps (Staatsgalerie, Stuttgart)
1889 :
La Vallée de la Creuse (Musée Unterlinden, Colmar).
1890 :
Meules, fin de l’été.
Cathédrale de Rouen, effet de soleil, fin de journée (1892-1894).
1891 :
Meule, soleil dans la brume.
Peupliers longeant l’Epte, Automne.
Meules à Chailly.
1892 :
La Cathédrale de Rouen. Le portail, temps gris.
La Cathédrale de Rouen. Le portail, vue de face.
1893 :
La Cathédrale de Rouen. Le portail, soleil matinal.
La Cathédrale de Rouen. Le portail et la tour Saint-Romain, plein soleil.
La Cathédrale de Rouen. Le portail et la tour Saint-Romain, effet du matin.
1894 : Cathédrale de Rouen.
1895 : Mont Kolsaas (Musée d’Orsay, Paris).
1897 :
Les Falaises à Varengeville (Musée Malraux, Le Havre).
Bras de Seine près de Giverny.
Nymphéas (1906).
1898 : Nymphéas, effet du soir.
1899 : Nymphéas, harmonie verte.
1900 : La Grande Allée à Giverny (Musée des Beaux-Arts, Montréal).
Nature morte aux œufs (1907).
1903 :
Nymphéas.
Le Parlement de Londres au soleil couchant.
Waterloo Bridge, le soleil dans le brouillard.
Charing Cross Bridge, la Tamise (Musée des beaux-arts de Lyon).
1904 : Londres, Le Parlement, trouée de soleil dans le brouillard.
1905 :
Maisons du parlement, Londres (Musée Marmottan Monet, Paris).
Les Nénuphars.
1907 : Nature morte aux œufs.
1908 :
Palace de Mula à Venise.
San Giorgio Maggiore : Soleil Couchant à Venise.
1910 : Palais des Doges.
1913 : Les Arceaux de roses, Giverny.

gallery

Galerie d’art

Peinture, Sculpture

salon

Musée Louvre, Leonardo da Vinci, Nicolae Grigorescu, Stefan Luchian, Amedeo Modigliani, Auguste Renoir, Camille Pissarro, Claude Monet, Edgar Degas, Édouard Manet, Étienne Dinet, Eugène Delacroix, Ilya Repine, Kandinsky, Marc Chagall, Michel-Ange, Picasso, Cézanne, Paul Klee, Rembrandt, Toulouse-Lautrec, Utrillo, Vermeer de Delft, Auguste Rodin, Benvenuto Cellini, Salvador Dali, Viviane Flandre, Violinne

 

Musée Louvre

Leonardo da Vinci

Nicolae Grigorescu

Autoportret

Stefan Luchian

Amedeo Modigliani

Auguste Renoir

Camille Pissarro

Eugène Delacroix
Paul Klee

Édouard Manet

Étienne Dinet

Ilya RepineTolstoy
Claude Monet

Kandinsky

Marc Chagall

Michel-Ange

Picasso

Auguste Rodin Edgar Degas

Rembrandt

Toulouse-Lautrec

Utrillo

 

 

Vermeer de Delft Cézanne

Salvador Dali Viviane FlandreOnline_IKEBANA Benvenuto Cellini

Violinne

Tablou_Mos

 

Publié par

 

A ne pas manquer :

  • Auguste RodinAuguste Rodin Auguste Rodin (René François Auguste Rodin), né à Paris le 12 novembre 1840 et mort à Meudon le 17 novembre 1917, est […]
  • Paul KleePaul Klee Paul Klee, (prononcer 'kleː), est un peintre allemand né le 18 décembre 1879 à Münchenbuchsee, près de […]
  • RembrandtRembrandt Rembrandt Harmenszoon van Rijn, habituellement désigné sous son seul […]
  • PicassoPicasso Pablo Ruiz Picasso, né à Malaga, Espagne, le 25 octobre 1881 et mort le 8 avril 1973 (à 91 ans) à […]
  • CézanneCézanne Paul Cézanne, né le 19 janvier 1839 à Aix-en-Provence, mort le 22 octobre 1906 dans la même […]
  • Ilya RepineIlya Repine Ilia Iefimovitch Repine (en russe : Илья́ Ефи́мович Ре́пин, en ukrainien : Ілля Юхимович Рєпін, Illia Ioukhymovytch […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: