Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Écoutez, canailles… (Vladimir Maïakovski)

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...


Vladimir Maïakovski

Vladimir Maïakovski

 

 

 

Vladimir Maïakovski

 

(Сволочи)

1922

Traduction anonyme parue dans Clarté, n°66, 1924.

*

Cloués par ces lignes, ● Restez muets ● Écoutez ces hurlements de loup ● Qui ressemblent à peine à un poème ! ●

Donnez ici ● Le plus gros ● Le plus chauve, ● Prenez au collet et poussez le ● Dans la boue et les comptes ● Des Comités de l’aide aux affamés ! ● Regarde, ● Tu vois ● Derrière ces chiffres nus…

Un coup de vent ● Fort et doux ● Enveloppe dans la neige ● Des milliers ●  La neige ● Cercueil des villages du Volga ● Les cheminées, ● Les cierges.

Même les corbeaux ● Disparaissent, ● Ils sentent ● que, fumante, ● Arrive ● Douce et nauséabonde, ● L’odeur ● Du fils, Du père, ● De la mère, ● De la fille ● Que l’on rôtit. ● De qui est-ce le tour ? Il n’y aura pas de secours, ● Séparés par la neige ● Non, ● Pas de secours, ● Il faut se rendre.

Pas de secours ! ● Sous les pieds, ● Même le mortier ● On le dévore ! ● Même les mauvaises herbes !

Pour dix provinces ● Mesurez les tombes. ● Vingt, ● Couchez-vous ● Mourez ! ● Mais seule, ● Avec une voix enrouée, ● Avec de folles malédictions, ● Les cheveux neigeux des chemins ● Tirés par le vent, ● Sanglote la terre.

Du pain, ● Un peu de pain. ● Encore du pain ! ● Elle-même, voyant la mort en face, ● Ayant à peine à manger, ● Pour ne pas crever ● La ville tend sa main ouvrière, ● Une poignée de miettes desséchées.

Du pain, ● Un peu de pain, ● Un peu de pain ! ● Les radios ● Hurlent à toutes les frontières ● Et comme réponse ● Bêtises sur bêtises ● Tombent dans les colonnes ● Des journaux.

« Londres, ● Banquet, ● Présence du roi et de la reine ● Qui bouffent ● Ce qui ne pourrait rentrer ● Dans une bauge tout en or ! »

Soyez maudits ! ● Que ● Pour votre tête couronnée ● Des colonies ● Accourent les sauvages ● Les anthropophages, ● Que brûle sur le royaume ● L’incendie des révoltes ! ● Que ● Vos capitales ● Soient brûlées ● Tout entières ! ● Que des princes héritiers, ● Des princesses, ● Le manger ● Se pré­pare ● Dans des couronnes marmites !

« Paris, ● Réunion du Parlement, ● Rapport sur la famine ● Par Fridjof Nansen ». ● On écoute en sou­riant ● Comme un air de rossignol ● Comme si on écoutait ● Un ténor ● Dans une  mode.

Soyez maudits ! ● Que ● Pour l’éternité ● Vous n’entendiez plus ● La voix humaine ! ● Prolétariat français ● Hé ! ● Prends dans un nœud ● Au lieu de discours, ● Une foule de cous !

« Washington, ● Les fermiers ayant bouffé, ● Ayant bu, ● Tellement ● Qu’il leur faut ● Une grue ● Pour soulever leur panse ! ● Dans la mer ● Ils jettent le superflu ● De la fine farine, ● Chauffent les locomotives ● Avec du maïs ! »

Soyez maudits ! ● Que ● Vos rues ● Soient pleines de révoltes, ● Que, trouvant ● Les places les plus sensibles, ● Sur le Nord ● Et sur le Sud ● De l’Amérique, ● On joue de vos panses ! ● Comme des balles du football.

« Berlin, ● Les émigrés ressuscitent, ● Leurs bandes sont satisfaites, ● Avec les affamés ● Ils se battent. ● À Berlin, ● Frisant sa moustache, ● Marche, se vante ● Le patriote russe. »

Soyez maudits ! ● Dehors ! ● Éternellement ! ● Dégoûtez tout le monde ● Par votre air de Judas, ● Poursuivi par le son ● De l’or français, ● Soyez errants ● Pour l’éternité ! ● Forêts russes, ● Rassem­blez-vous, ● Choisissez vos plus grands arbres, ● Que leur image ● Toujours pendue, ● Se balance toute bleue ● Contre le ciel !

« Moscou, ● La rassembleuse se plaint : ● À l’Empire, ● On fait des grimaces, ● On y donne trente roubles ● Qui ne marchent plus ● Depuis 1918 ! »

Soyez maudits ! ● Que cela soit ainsi : ● Que chaque bouchée avalée ● Vous brûle l’estomac ! ● Qu’un bifteck saignant ● Se change en ciseaux ● Et vous coupe les intestins !

Seront morts ● Au nom de tous ceux qui sont morts ● Malédiction aujourd’hui ● Jusqu’à l’éternité ● À ceux qui ont détourné ● Leur gueule bouffie ● Du Volga !

Cette parole n’est pas ● Pour la panse remplie ● Ni pour le trône du Tsar ! ● Dans un tel cœur ● Les mots ne peuvent rien toucher. ● Les touchent ● Les lances des révolutions !

À vous ● Petits atomes ● D’une énorme armée, ● Avec la force de qui ● Avec la force ● Jetée dans les sous-sols, ● On fera sauter le monde ● Des milliardaires ! ● À vous ! ● À vous ! ● À vous ! ● Ces paroles-là !

Avec des chiffres kilométriques ● Faites le compte des bourgeois ! ● Le jour viendra ● De l’incendie universel ● Purifiant et fumant, ● Mettant sans dessus dessous ● Les palais des riches ! ● Soyez aussi, ● Soyez sans pitié, ● À cette heure ● Du châtiment !

_______

Texte établi par la Bibliothèque russe et slave, déposé sur le site de la Bibliothèque le 23 mars 2013.

A ne pas manquer :

  • Le portrait manqué (Voltaire)Le portrait manqué (Voltaire)   Voltaire   A Madame de B*** On ne peut faire ton portrait : Folâtre et sérieuse, agaçante et sévère, Prudente avec l’air indiscret, Vertueuse, coquette, […]
  • Mélodie (Gérard de Nerval) – Poésie audioMélodie (Gérard de Nerval) – Poésie audio     Gérard de Nerval   Quand le plaisir brille en tes yeux Pleins de douceur et d'espérance, Quand le charme de l'existence Embellit tes traits […]
  • La Chartreuse de Parme (Stendhal) Livre audioLa Chartreuse de Parme (Stendhal) Livre audio   Stendhal   La Chartreuse de Parme est un roman publié par Stendhal. Cette œuvre majeure, qui lui valut la célébrité, fut publiée en deux volumes en mars 1839, […]
  • Automne malade (Guillaume Apollinaire)Automne malade (Guillaume Apollinaire)   Guillaume Apollinaire   Automne malade et adoré Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies Quand il aura neigé Dans les vergers Pauvre […]
  • Aphorismes (Cesare Pavese)Aphorismes (Cesare Pavese)       Cesare Pavese     Citations : « L’art de vivre c’est l’art de croire aux mensonges. » « Mais voici le plus atroce : […]
  • De l’Esprit (Claude-Adrien Helvétius)De l’Esprit (Claude-Adrien Helvétius)       Claude-Adrien Helvétius   Préface [p. I] L’objet que je me propose d’examiner dans cet ouvrage est intéressant ; il est même neuf. L’on […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: