Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Fragmentarium de Valeriu BUTULESCU – suite 4

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

EN: Frédéric NIETZSCHE, Beyond Good and Evil (EN) Friedrich Nietzsche, Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None (EN) Friedrich Nietzsche, Ecce ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Marcel Proust À la recherche du temps perdu - Litterature audio.com    L'Œuvre Intégrale / Durée : 145 heures Du Côté De Chez ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...


Retour, page 1

301

On peut prouver que le blanc est noir. Mais il faut porter une vaste bibliographie.

302

Je suis mon seul patron. Mais ni de moi même, je n’écoute pas toujours.

303

Il a écrit un poème à l’aube, mais je doute qu’il se soit levé si tôt.

304

Etre né. Il n’existe pas un malheur plus grand,  que, peut-être,  celui de ne pas être né.

305

Combien de pharaons auraient soupçonné qu’ils iraient, un jour, tout droit, des pyramides au British Muséum?

306

Les archéologues – scientifiquement, profanant des tombes.

307

On appelle pourriture, la revenue à l’éternité inorganique.

308

Nous sommes comme les aiguilles de l’horloge. On tourne différent, mais on grimace à la bataille des même heures.

309

Personne ne se veut être pigeon. Chacun se veut aigle, c’est a dire un prédateur.

310

La lutte est inégale, a déclaré le taureau. Cinq toreros dans l’arène, dix mille dans les gradins. Et les médias, de leur côté.

311

Excédent de lumière rend aveugle, donc il nait obscurité.

312

L’indépendent est en grand péril. Il ne dépend que de lui-même.

313

L’idéaliste dit qu’il a été frappé au front par l’idée d’une pierre, et ici lui a augmenté l’idée d’une bosse.

314

Ces grosses pierres protègent les fleurs pendant l’hiver, mais le printemps, elles les empechent de pousser.

315

Certains pensent qu’il est honnête, de dépouiller les voleurs.

316

Avec les yeux fixés sur les étoiles des idéaux, nous ne voyons pas comment nous piétinons l’herbe et les fleurs.

317

 Les plus grandes ambitions humaines chatouillent imperceptiblement la peau de la planète.

318

Certaines personnes sont comme ces navires, qui ne trouvent la paix qu’aux fonds des océans.

319

Même dans le regard du bonhomme de neige, j’ai lu l’ambition de l’éternité.

320

Je veux grandir, même si je sais que la foudre frappe les arbres les plus hauts.

321

La première réaction à de mauvaises nouvelles: l’envie de le transmettre.

322

La saleté disait: le nettoyage tache.

323

On frappe les perdants des autres, pour nous sentir part de la victoire.

324

Disgracieux et déformés, certains artistes rappellent que l’enveloppe de la coquille mouillée est mère de perles.

325

Les ruines mûrissent pendant le temps.

326

Pour nous, le soleil s’est couché. Les montagnes continuent de le voir.

327

J’attends impatient me réveiller du sommeil. Pour pouvoir vraiment rêver.

328

Taurus semble un peu mieux que bœuf.

329

Lorsque la stupidité obtiendra des ailes, le ciel va s’assombrir.

330

L’intelligence t’apporte seulement du mal, comme au crocodile – sa précieuse peau.

331

Les idées sont comme les navires. Elles font sensation, seulement pour celles qui s’enfoncent.

332

On ne pense pas quelle chaleur ressent l’auteur quand il voit son livre utilisé comme support pour une tasse de café.

333

Si les arbres changent parfois leur patrie, seules les frontières sont à blâmer.

334

J’essaye de fuir, en m’exaltant.

335

Sévère châtiment. Celui de punir.

336

La gloire est comme l’eau. Un verre étanche la soif. Une rivière noie.

337

Je ne te permets pas de couler. Tu fais partie de mon navire.

338

Je crains la mort accidentelle. C’est pourquoi j’évite les hôpitaux.

339

L’insomnie. Vaine tentative de prolonger la vie.

340

Beaucoups quittent l’embarcation de sauvetage, quand ils voient vers quel rivage elle flotte.

341

Dans les âmes sombres, la haine persiste, comme la neige sur la pente sans soleil.

342

Pendant l’automne, les hirondelles partent. Les corbeaux restent, accablés par la responsabilité.

343

Ceux qui vivent en vain sont enterrés par la dépense.

344

Je m’ennuie rarement, mais jamais seul.

345

Certains poètes nous souviennent des chiens qu’on promène. Par n’importe quel chemin choisi, ils vont de l’avant.

346

Je n’ai pas peur pendant la nuit, dans le cimetière. J’ai peur pendant le jour, sur le stade.

347

Il faut être très vide, pour habiller les mérites des autres.

348

Enterrez-moi sous le chêne. Des centaines d’années, mon esprit tremblera dans les feuilles.

349

Il était si modeste, qu’il demandait aux autres de le glorifier.

350

Il n’a pas le temps de s’enrichir. Il travaille.

351

Quand je n’ose pas refuser, je suis généreux.

352

De nombreux ennemis, comme certains microbes, sont invincibles en raison de leur petitesse.

353

Le bourreau, seulement à l’échelle, peut soulever jusqu’à hauteur du pendu.

354

Ils ne se sont plus préoccupé de ma maladie, quand ils ont su qu’elle n’était pas contagieuse.

355

Il ne volera pas plus vite que le vent, porté par le vent.

356

L’ombre du lapin croît, elle même, à l’échec du soleil.

357

Ils comptent aussi pour courageux, ceux qui n’aperçoivent pas le danger.

358

Devant les valeurs, il y a des filtres qui permettent de passer ce qui est moins.

359

Avoir peu de défauts. Voici déjà une vertu.

360

Justice. Les yeux du monde, pétillant double comme un fusil de chasse.

361

La démocratie est dangereuse pour les personnes ayant l’esprit joyeux. Ils sauront toujours choisir des bouffons aux fonctions clés de l’État.

362

Beaucoups entrent au Panthéon, laissant la vie à la garderobe.

363

L’écume. Toujours fragile et toujours au top.

364

Lésinez vos mots. La pierre qui a tant vu, se tait.

365

L’agonis des fleurs dans le vase remplit la chambre des parfums.

366

Ce n’est pas la peur de la hauteur nous fait nous incliner, mais le désir de nous élever.

367

Sois impartial et la balance se penchera de ton côté.

368

La science n’a pas éliminé la cruauté. Elle lui a donné un caractère scientifique.

369

Ce sont toujours la paresse et les plaintes qui rendent la vie plus courte.

370

Ce ne sont pas nos ennemis qui nous menacent, mais nos propres faiblesses.

371

La boue nous dérange seulement lorsqu’elle salit nos chaussures.

372

Semer générosité, dans l’espoir qu’elle portera reconnaissance.

373

L’homme a décidé de garder les sentiments dans le cœur, c’est à dire le corps de pétrissage.

374

Il était si pauvre, qu’il n’avait pas d’ennemis.

375

Les pommes de terre de la cave sentent, elles aussi, le printemps.

376

Qu’est-ce que c’est la vertu? Lésiner ses désirs dans la serrure de la volonté, ou rester insensible aux plus naturels appels?

377

La complexité de la sagesse est parfaitement illustrée par les contradictions entre les sages.

378

L’amour est comme le venin de serpent. Il guérit, ou tue.

379

De la grande masse des rêves, seuls, ceux qui accidentellement s’accomplissent, attirent notre attention.

380

Tous les jours, on piétine la terre qui nous nourrit.

381

Nous nous ressemblons trop, pour que nous puissions nous comprendre.

382

Notez que le porc se termine par une virgule, populairement appelé queue.

383

Pour certains, l’honnête homme est le voleur qui n’a jamais rien volé.

384

Les déchets ont fait un cauchemar. Un rêve avec un balai.

385

Ne frappez pas les géants. Effondrés, ils pourraient nous écraser.

386

Les liquides voient dans les récipients seulement la prison, en oubliant que c’est leur seule option de ne pas se perdre.

387

Je ne croirai pas au second soleil, jusqu’à ce que je ne voie pas l’ombre du premier.

388

L’art de conduire l’orchestre. Quand on veut regarder la musique en face, on doit tourner le dos au public.

389

Creuser des puits est plus élevé que construire des pyramides.

390

Cariatides. Seul un malveillant architecte pouvait mettre tant de poids, sur le dos des femmes.

391

Soyez-en dignes! En vous se sont recueillis et vivent tous vos ancêtres.

392

Ni Satan n’est parfait. Parfois, il a tort et il fait de bonnes œuvres.

393

De la plaie d’arbre coule la résine, sa parfumée douleur.

394

Certaines femmes sont comme des feuilles. Les plus fanées, les plus bruyantes.

395

La diligence de certains se compose avec la négligence d’autrui. C’est comme cela que naît l’effort commun.

396

Le besoin de continuité a donné du parfum aux fleurs et de la beauté aux femmes.

397

Fera-t-elle, la cybernétique,  du cerveau humain, un organe rudimentaire?

398

Entouré par les chats, le serin commence à croire à la bénédiction de la cage.

399

Il y a des gens qui ne méritent pas le regard dans les yeux. Devant eux, je m’incline avec plaisir.

400

C’est l’homme. Il n’a pas de raisons de vivre, mais il vit encore.

suite, page 5

A ne pas manquer :

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: