Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Fragmentarium de Valeriu BUTULESCU – suite 6

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

EN: Frédéric NIETZSCHE, Beyond Good and Evil (EN) Friedrich Nietzsche, Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None (EN) Friedrich Nietzsche, Ecce ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Marcel Proust À la recherche du temps perdu - Litterature audio.com    L'Œuvre Intégrale / Durée : 145 heures Du Côté De Chez ...

En savoir plus...


Retour, page 1

501

Nous sommes tentés de croire qu’ils sont aveugles, ceux qui n’ont d’yeux, que pour les choses brillantes.

502

Ne louez pas les flashs. Tout fragment brille, de temps en temps.

503

La vertu. Je pense que c’est l’art de planifier les péchés.

504

Nous avons gardé seulement l’espoir. Personne ne voulait l’acheter.

505

Pour un grand écho, il faut un grand obstacle.

506

La haine des mouches se développe lentement en sympathie pour les araignées.

507

Un halo vraiment solide est monté directement sur les cornes.

508

Ceux qui rampent, ne trébuchent jamais.

509

Une montagne tremble uniquement frappée par une autre montagne.

510

Ils m’ont piétiné. Maintenant, je sais combien chacun pèse.

511

L’âme d’une femme est comme un livre. Elle doit être trop beau pour le lire deux fois.

512

Dans cette pensée, j’ai mis un peu de soleil, pour la nuit sans fin qui m’attend.

513

Quand on médite profondément, certains ferment les yeux. Parfois, ils ronflent.

514

Seuls les faibles parlent de la justice.

515

Rien n’est grand, s’il peut être surmonté par des yeux humains, ou vieux, si l’humanité se souvient encore.

516

La plupart des millionnaires sont les enfants d’inflation.

517

Il y a des déserts avec des oasis de sable.

518

On meurt lentement, avec la mémoire de l’affaiblissement.

519

La bêtise, comme l’odeur du furet, peut facilement devenir une arme.

520

J’ai grandi. Et pourtant, je ne pouvais pas croire que le père est mortel.

521

L’hérésie du diable baptisé.

522

Même si l’erreur est humaine, ne faites pas de l’erreur, la preuve de votre humanité.

523

Avant d’apprendre à jouer de la vie, on apprend à jouer de l’école.

524

Le suicide n’est pas peur de la mort. Il est peur de la vie.

525

En petits coeurs se trouve la grande haine.

526

Il m’a tué. De son point de vue.

527

Il était si petit, qu’il fallait s’agenouiller devant lui.

528

Le même soleil, jamais dans le monde, pour certains, il se lève, pour d’autres, il se couche.

529

Un nouvel indicateur. Le nombre de bureaucrates par habitant.

530

Les drones diffèrent légèrement d’abeilles. Ils sont plus grands.

531

L’amour surmonte tout obstacle. La raison dicte, l’instinct commande.

532

La carotte est une sorte de pomme de terre avec des idéaux.

533

Lors d’une catastrophe commune, les gens sont plus soucieux, que pour une joie commune.

534

Le chien aboyant à la lune est fermement convaincu que l’on entend.

535

Grande famine. Les cuisiniers étaient affaiblis.

536

Dialogue réduit à un échange d’interjections.

537

Remercions  le soleil, même s’il nous éclaire inconsciemment..

538

L’expansion de l’univers, son accru infini.

539

Le soir, comme le matin de la nuit.

540

A chaque instant, je sens l’animal que je suis, resserré des sangles de l’éducation.

541

La création du monde. Un changement dans la qualité du chaos.

542

Obligatoire rachat.

543

Même les ephémérides trouvent le temps de s’ennuyer.

544

Le zéphyr. Un ouragan passé par la censure.

545

Tout, complémentaire du rien.

546

Nous sommes tolérants avec les démons des autres religions.

547

Les arbres conversent avec le vent. J’essaie de traduire cette bouleversante conversation en roumain.

548

J’ai tiré le masque du bourreau. Son visage était plein de larmes.

549

Je préfère qu’il frappe ma porte, plutôt que de la laisser ouverte.

550

Le vent pense: la forêt est toujours une femme. Peu importe de quel côté je bats, elle doit frémir.

551

Ces phrases chargées de sens, prêt à éclater par les virgules.

552

Dieu a mélangé les langues, pour donner un pain aux traducteurs.

553

Je serais curieux de savoir comment les ânes apprécient notre musique vocale.

554

Nous n’avons plus de prisonniers politiques dans les hôpitaux psychiatriques. Aujourd’hui tout le monde est autorisé à faire de la politique, quel que soit son état de santé mentale.

555

Effacement.  La mort des arbres.

556

J’aimerais déclarer le dragon comme monument naturel et à Saint Georges, je donnerais une amende.

557

De nombreux atomes, terrorisés par une macromolécule.

558

Nous les avons battu, en les attaquant avec des boucliers.

559

Je me sens inutile, comme une aile d’ange à travers l’entrefer.

560

Tribun, tribune, tribunal.

561

Iorga. Un Midas de notre culture. Tout ce qu’il touchait, devenait  immédiatement livre.

562

Je sens en moi un alter ego, auquel j’utilise toutes mes réserves d’altruisme.

563

Quels sont les droits des gens honnêtes à s’immiscer dans les affaires internes des voleurs?

564

Un poème de la souffrance. Ah, ces poètes qui trouvent le temps de faire de la douleur à rimer!

565

La paresse du talent, plus nocive que la censure.

566

Il y a des moments édifiants, quand la mort semble deux fois plus triste.

567

La terre? Un accident cosmique. La vie? Un accident chimique. L’homme? Un accident biologique.

568

Un livre d’honneur, dans lequel nous souscrivons tous.

569

Je garde quelque chose de la philosophie d’acacia. Je m’épanouis quand je suis sûr que c’est le printemps.

570

La nuit est seulement la faiblesse des yeux.

571

La passion de détruire nos anciennes idoles, incapable de commettre encore des miracles.

572

La mort d’Abel, la promotion de Caïn.

573

Moments de silence. Secondes de pieuse inactivité.

574

Manque de transparence? Que pensez-vous,  d’effacer vos lunettes!

575

Avec ces hanches, il y a dix mille ans, elle avait atteint la déesse de la fertilité.

576

L’empêchement de la réforme? Les gens ont gardé les vieilles structures mentales, y compris l’appétit.

577

Delation? „Ipac, je vous fais savoir …”. Le premier document écrit en roumain était une note informative.

578

La politique salit, mais elle met en évidence. J’ai dû me salir, pour devenir visible.

579

Dans toutes les religions vient un jour quand les prophètes prennent leur envol: l’apothéose. L’échappe de la responsabilité, dans toute sa splendeur maximale.

580

Glorifierons nous la diligence des abeilles si le miel n’est pas si doux?

581

Donne-nous des ailes, Dieu! La terre est recouverte par la beauté. Rien ne peut être brisé.

582

Après un tel discours, on ressent le besoin de le battre. Mais de telles pratiques sont interdites au Parlement. On peut au mieux, lui soumettre quelques questions.

583

Cette boue ne m’est pas indifférente. Elle fait partie de la terre de mon pays.

584

Ne demandez pas à une femme l’impossible. Elle est capable de vous le donner.

585

Il se vante le plus, de sa propre modestie.

586

Je me réserve tous les droits sur les pensées que je n’ai pas eu.

587

L’automne, comme une inflation de feuilles.

588

Je crois à la compatibilité de l’esprit humain. Je suis sûr que j’ai, au monde, des millions d’amis que je ne connais pas.

589

Soigneusement à garder les certificats de naissance. Avec eux, nous pourrons justifier l’existence.

590

Certaines personnes sont comme l’or. En l’absence de valeur, ils arrivent à être des signes de valeur.

591

L’onde est éphémère. Seul le tourment de l’eau est éternel.

592

J’accepte toute philosophie, si arrosée par un bon vin.

593

L’avenir de quelques hommes semble être une extension effrayante de leur passé.

594

J’ai beaucoup de courage, mais j’ai peur de l’utiliser.

595

Quand le vent souffle de l’Est, l’herbe se penche à l’Ouest.

596

Pour le pouvoir, il n’y a pas de camisole de force.

597

Si une vie est trop courte pour lire tous les chefs-d’œuvre, y a-t’il un sens d’écrire des livres médiocres?

598

Lorsque la grêle bat, on ne doit ni mendier, ni jurer. Il  suffit d’entrer dans la maison.

599

Certaines personnes sont comme le soleil. Elles vous donnent de la lumière, seulement si vous tournez autour d’elles.

600

La vérité a triomphé. Dans la balance, le mensonge s’élève au-dessus.

A ne pas manquer :

  • Fragmentarium de Valeriu BUTULESCU – suite 3Fragmentarium de Valeriu BUTULESCU – suite 3 Retour, page 1 201 L'aphoriste est comme le pays sous-développé, qui vend ses matières premières à petit prix. 202 L'immortalité. Rien n'effraie de plus les […]
  • Fayçal Bouzayen Chemmami – LÈVE-TOI ET MARCHE !Fayçal Bouzayen Chemmami – LÈVE-TOI ET MARCHE ! Fayçal Bouzayen Chemmami   LÈVE-TOI ET MARCHE ! Dans le vent, l’air les ballotte Au gré des saisons, elles grelottent Les pensées des hommes en charrette Muent en […]
  • EuripideEuripide         Médée (Euripide) Livre audio     Euripide (en grec ancien Εὐριπίδης / Euripídês), né à Salamine vers 480 av. J.-C., mort en Macédoine en 406 […]
  • Fragmentarium de Valeriu BUTULESCU – suite 2Fragmentarium de Valeriu BUTULESCU – suite 2 Retour, page 1 101 La stabilité est la stagnation. 102 Embaumez-moi! Je ne crois pas dans la seconde vie, mais je veux faire quelque joie aux archéologues. 103 Accordez votre […]
  • Maissa Boutiche – Je suis femmeMaissa Boutiche – Je suis femme Maissa Boutiche - Je suis femme   Au Mont de ma modestie D’un coup, j’ai découvert le pot aux roses Ses paroles étaient miel Dans des odes et proses, masquées Dans […]
  • Ouarda Baziz Cherifi – Les rêves meurent ils un jour ?Ouarda Baziz Cherifi – Les rêves meurent ils un jour ? Ouarda Baziz Cherifi     Les rêves meurent ils un jour ?   La première pensée qui m'a frôlée l'esprit un jour  d'il y a bien longtemps, était et l'est […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: