Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Francine Fortier Alberton – Garder la tête haute

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...


Francine Fortier Alberton

Francine Fortier Alberton

Francine Fortier Alberton

*

Sans aucune raison
J’ai pensé à l’enfance
Qui pleure
Combien de fois
Cachée sous le saule pleureur
J’ai laissé des rêves s’envoler
À dos de papillon
Si j’avais su
Si j’avais pu…
M’envoler aussi
Sur les cimes d’une rivière
Briser la coquille de mon monde intérieur
Exploser dans la lumière
La tristesse comme une seconde peau
Drape mon cœur
C’est bizarre de laisser à mon enfant
Le souvenir de ces instants
Qui fait peur
Je ferme les yeux
Je suis au centre des étoiles bleues
La vie sera belle
La vie sera ce que tu en feras
Ne laisse plus jamais s’envoler
Tes rêves à dos de papillon…
Francine Fortier Alberton
*

Je me sens comme une gamine
Pour la première fois cette année
J’ai trempé mes pieds dans la rivière
Elle était encore fraiche, mais si bonne
D’un mouvement, j’ai embarqué dans le kayak
Ma chienne Bella s’est élancée vers moi
Pas encore très à l’aise pour nager
Elle préfère patauger
Le fou rire m’a pris
Quel délice cet instant de douce folie
Rire de se retrouver presque toute trempée
Assise au fond du lac
Un chien qui me lèche le visage
Heureuse de me savoir à sa portée
Ou plutôt près de son museau
J’en profite pour mettre mon caniche minuscule dans l’eau
Puis fière de les voir mouillés et propres
Je saisis de grosses serviettes de plage pour bien les assécher
Ce sera environ deux heures plus tard que je pourrai à mon tour
Changer de vêtements et me mettre au sec.
C’est un instant de bonheur tout petit, simple

Francine Fortier Alberton
*
Comme le chante si bien Yvon Deschamps
Aimons-nous quand même

Avant de vous parler
De jouer avec les mots
J’en ai pleuré
Avant de vous supplier
J’ai chanté tout haut
Avec des sanglots
Il m’a fallu du temps
Il m’en faut encore
Pour sortir de moi
Tous ces émois

On se parle d’amour et d’amitié
Avec des paroles gifles, des paroles en l’air
On oublie l’essentiel
Un essentiel qui n’est pas superficiel

Il m’a fallu du temps
Il m’en faut encore
Pour surfer
Sur la vague bleue

Apprendre toute sa vie
A faire le tri
De ce qui est important
Tous ces renoncements
Tous ces recommencements
Avec le cœur au ralenti
Entre deux battements de vie

Apprendre toute sa vie
Que la solitude sagement
S’installe dans un coin du lit
Apprendre toute sa vie
Avec le cœur engourdi
Entre deux battements de vie

Le ciel est bleu et blanc
Le ciel est immense
Le monde est plus petit
Je me le dis
Souvent. Les nuages dansent
J’ouvre les yeux bien grands
Comme un jardin rempli de fleurs
Le cœur danse aussi

Apprendre toute sa vie
À porter les deuils
À libérer son cœur
À écouter le silence
À vivre avec les absences
À ne pas faire l’amour avec la vie
Toujours les yeux fermés

Francine Fortier Alberton

*

Je viens de quitter mes rêves
Reposée
J’attends
Dans mon univers, le soleil
Éveille la chaleur
Dans mon univers, le soleil
Prodigue la lumière
Et la vue de cet astre doré
Qui habite le jour
Fait rosir de plaisir
Toutes les fleurs
Pendant ce temps
Les oiseaux comme moi
Sont heureux…
FFA00051194
Francine Fortier Alberton

*

Ce matin, le soleil passe sa tête par la fenêtre de la maison
Quel gentil polisson
Je reste attentive à la douceur du moment
Je me lève
Comme si le jour nouveau
Venait d’inventer un éclat de vie
Doré

Francine Fortier Alberton

*

Garder la tête haute

Sentir son cœur se courber
Sous le poids des années
Regarder dans la glace les signes du temps
Passer sa main lentement

Ne plus savoir ce qu’il faut dire
Ce qu’il faut taire
Ce qu’il faut faire
Ce qu’il ne faut pas faire
Toujours cette impression d’être de travers

Garder la tête haute
Sentir son cœur se vider
De plus en plus
Se sentir de trop
Se retirer
De plus en plus
Loin

Tenter de donner tout ce que l’on a
Même ce que l’on n’a pas
Se dénuder
Puis se retenir
Pour ne pas éclater
En sanglot

Francine Fortier Alberton, Québec, Canada

 

Publié par

A ne pas manquer :

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: