Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Gloire et éternité (Friedrich Nietzsche)

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...


Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

 

 

 

Friedrich Nietzsche

 

1

Depuis quand niches-tu
Sur ton infortune?
Prends garde! tu vas nous couver bientôt
Un œuf,
Un œuf de basilic,
Que ton long chagrin va faire éclore!

Pourquoi Zarathoustra rôde-t-il au flanc de la montagne?

Méfiant, sombre, ulcéré
Quel patient guetteur!
Mais soudain un éclair,
Éblouissant, effroyable, monte d’un coup
De l’abîme vers le ciel :
-Et la montagne elle-meme secoue
Ses entrailles.
Là oů la haine et la foudre
Se sont réunies en une malédiction -,
A présent la colère de Zarathoustra habite les monts,
Et une nuée d’orage rampe sur son chemin.

Tapissez-vous sous votre dernière couverture!
Au lit, vous autres douillets!
Maintenant le tonnerre roule sous les voűtes,
Et tremble ce qui est mur ou poutre,
Et dansent les éclairs et les sulfureuses vérités –
C’est Zarathoustra qui maudit…

2

Cette monnaie que tous
Donnent en paiement,
La gloire -,
Cette monnaie, j’’y touche avec des gants,
Je la jette à mes pieds et la piétine avec dégoűt.

Qui veut etre payé?
Ceux qui sont à vendre…
Qui est vénal, tend
Ses graisseuses mains
Vers ce clinquant cliquetis de fous, la gloire!

-Veux-tu les acheter?
Ils sont tous à vendre,
Mais offre-leur gros,
Fais sonner bourse pleine!
-Sinon tu les fortifierais,
Tu fortifierais leur vertu…

Ils sont tous vertueux
Gloire et vertu – cela s’accorde.
Aussi longtemps que vivra le monde,
Il paiera le caquet de la vertu
Avec le cliquetis de la gloire -,
Ce bruit-là nourrit l’univers.

Devant tous les vertueux
Je veux etre débiteur,
Etre nommé l’endetté, le chargé de toute grande dette!
Devant tous les claironneurs de gloire,
Mon ambition se fait ver de terre :
Parmi ceux-là me prend envie
D’’etre le dernier des derniers…

Cette monnaie que tous
Donnent en paiement,
La gloire,
Cette monnaie, j’’y touche avec des gants,
Je la jette à mes pieds et la piétine avec dégoűt.

3

Silence!
Face aux grandes choses – et j’en vois de grandes –
Il faut se taire
Ou parler grandement :
Parle haut, ma sagesse extasiée!
Je regarde là-haut,
Oů roulent des mers lumineuses :
Ô nuit, ô silence, ô bruyant silence de mort!
J’aperçois un signe :
Du plus lointain des lointains
Vers moi lentement descend, étincelante, une constellation…

4

Très haute constellation de l’etre!
Table de figures éternelles!
Est-ce toi qui viens à moi?
Ce que personne n’a vu,
Ta muette beauté,
Comment? Elle ne fuit pas mes regards…

Enseigne de la nécessité!
Table de figures éternelles!
Tu le sais déjà :
Ce que tous détestent,
Ce que je suis seul à aimer,
Que tu es éternelle,
Que tu es nécessaire!
Mon amour ne s’enflamme
Éternellement qu’à la seule nécessité.

Enseigne de la nécessité!
Très haute constellation de l’etre!
Toi qu’’aucun voeu n’atteint,
Que ne souille aucun Non,
Éternel Oui de l’etre,
Éternellement, je suis ton Oui :
Car je t’aime, Ô Éternité!

(Friedrich Nietzsche, Dithyrambes pour Dionysos)

A ne pas manquer :

  • La Prison (Alfred de Vigny)La Prison (Alfred de Vigny)     Alfred de Vigny   « Oh ! ne vous jouez plus d’un vieillard et d’un prêtre ! « Étranger dans ces lieux, comment les reconnaître ? « Depuis une […]
  • La nuit (Alfred de Musset)La nuit (Alfred de Musset)   Alfred de Musset   Quand la lune blanche S'accroche à la branche Pour voir Si quelque feu rouge Dans l'horizon bouge Le soir, Fol alors qui […]
  • Le cimetière marin (Paul Valery)Le cimetière marin (Paul Valery)     Paul Valery   Ce toit tranquille, où marchent des colombes, Entre les pins palpite, entre les tombes; Midi le juste y compose de feux La mer, […]
  • Bibliothèque ClassiqueBibliothèque Classique Écouter nos Livres Audio de Littérature Classique et Philosophie, gratuit, en ligne ici Aphorismes, Pensées, Philosophie Lire la plus belle collection de […]
  • Morale d’étoiles (Friedrich Nietzsche)Morale d’étoiles (Friedrich Nietzsche)     Friedrich Nietzsche   Prédestinée aux voies lactées, Que T’importe, ô Étoile, l’obscurité? Roule, ma Bienheureuse, à travers ce temps! Que […]
  • Je t’aime (Paul Eluard)Je t’aime (Paul Eluard)   Paul Eluard   Je t’aime pour toutes les femmes Que je n’ai pas connues Je t’aime pour tout le temps Où je n’ai pas vécu Pour l’odeur du grand large Et […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: