Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Houria de ma Contrée – Maissa Boutiche

| 1 Comentariu

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...


Maissa Boutiche

Maissa Boutiche

Maissa Boutichechronique

 

Houria est une femme simple, modeste, avec beaucoup de rêves, elle rêvait d’une vie, où l’amour serait Roi, une vie sereine où la paix serait Vizir. Beaucoup de rêves chatouillaient son âme sensible depuis son adolescence, à son mariage, prise par la vie commune, les enfants et la lourde responsabilité, la vie lui a fait oublier ses rêves, qu’elle couvait dans sa jeunesse.

Une fois mûre, assagie, ils réapparaissent et changent sa vie.

Perdue dans ses rêves, qu’elles enlacent à nouveau, son amour pour les mots est son rêve le plus beau et le plus fou.

Le monde où elle ne vit, n’est pas du tout clément, ni tolérable, il l’encercle dans un labyrinthe et elle essaie de s’en sortir coûte que coûte et se cogne la tête à chaque fois et il la plie en deux.

Femme rêveuse, combattante, têtue, ambitieuse, dans sa vie, chaque jour, enfante un rêve, qui se trouve devant une muraille de pensées conservatrices de tabous et sa liberté confisquée, ses rêves avortés. Elle se bat, elle combat, malgré toutes ces embûches, malgré tous ces obstacles, elle tente, elle s’obstine, parfois elle gagne la partie, d’autres elle, elle jette l’éponge, malgré elle.

Sa plume est sa seule arme, elle trace ses hauts et ses bats, ses larmes et ses joies, ne se résigne jamais, ne baisse pas pour autant les bras.

Elle veut être ou ne pas être, mais dans son monde, mieux ne pas être. Car être, c’est des problèmes, des cris, des colères, des plaintes, des plaies et des blessures qui naissent, parfois des coups et des fois c’est la mort lente dans le noir de l’angoisse, Houria, a mal, se sent mal dans sa peau, on le voit dans ses tristes yeux, dans ses soupirs, c’est dans son monde de silence où elle se réfugie. Quand elle a mal, c’est les bleus qui entaillent d’autres séquelles enfouies dans le temps où la femme était un objet, un outil, une fourmilière, une besogneuse, une femme sacrifice, qui sourit malgré ses larmes, se tait, étouffe ses soupirs, pendant que son cœur pleure, elle dessine sur ses lèvres un sourire, pour ne pas montrer qu’elle a mal, pour la continuité, pour le bonheur de sa famille, ses enfants et son entourage qui n’est pas clément et ne l’a jamais comprise.

Houria est toujours là, qu’elle soit triste ou heureuse, on y rencontre dans la vie une Houria à plusieurs visages, une Houria qui encaisse en silence, qui parle de sa souffrance, une autre qui se dit heureuse et se cache dans le mensonge, une autre vraiment heureuse, etc.… Mais Houria reste toujours cette créature faible, fragile, sensible, qui demande des égards, de l’amour, des encouragements et un élan de tendresse et beaucoup trop d’assistance.
Maissa Boutiche, Alger, Algérie, le 22/11/2014

Publié par

 

A ne pas manquer :

  • Maissa Boutiche – Une femme simpleMaissa Boutiche – Une femme simple Maissa Boutiche - Une femme simple   Une femme simple, modeste, avec beaucoup de rêves, songeait à une autre vie, où l’amour serait Roi, une vie sereine où la paix […]
  • Maissa BouticheMaissa Boutiche Lire E-book en ligne ici Dédicace (en commentaire au concours "Mon plus beau rêve") Heureuse d'avoir participer à ce beau rêve et plus heureuse de partager mon […]
  • Maissa Boutiche – Je suis femmeMaissa Boutiche – Je suis femme Maissa Boutiche - Je suis femme   Au Mont de ma modestie D’un coup, j’ai découvert le pot aux roses Ses paroles étaient miel Dans des odes et proses, masquées Dans […]
  • Maissa Boutiche – Il est ma planèteMaissa Boutiche – Il est ma planète Maissa Boutiche - Il est ma planète   Il est ma planète Il est plus beau que la lune Dans mes odes, il reflète Mon âme qui pour lui brise les chaines Fugue et […]
  • E-book Maissa BouticheE-book Maissa Boutiche Maissa Boutiche Pour lire le livre en ligne, il faut attendre pour s'ouvrir (100%), et ensuite le feuilleter avec les flèches ; le livre peut être augmenté - zoom avec +/- et […]
  • La Découverte du nouveau monde par Christophe Colomb (Lope de Vega)La Découverte du nouveau monde par Christophe Colomb (Lope de Vega)     Lope de Vega   Théâtre Extrait Charpentier, 1892 (pp. 219-282). ��SCÈNE I. A. LigboDDe. Entrent CHRISTOPHE COLOMB et […]

Un comentariu

  1. POUR LE CONCOURS DU PLUS BEAU POÈME 2015

    L’aile de Dieu mon seul refuge!
    Fatal est ce silence qui m’enveloppe
    Son ombre lourde, m’étouffe, voile mon horizon
    Le temps son partenaire traîne
    Dans le boulevard de la vie lourdement mes ans

    Éduquée derrière des murs et la porte verrouillée
    Mes pas timides dans la rue et mes yeux baissés
    Fini l’école venu l’été
    Les murs sont silence je m’assis au bord de la margelle de notre puits
    L’usure me drape, me plonge dans la mélancolie
    Femme mûr au cœur d’enfant
    Dans les boulevards de l’amour exilé, je m’évanouie
    J’erre dans l’avenue de la vie
    Je monte un à un les marches de son escalier
    Je regagne mon chez moi lasse et usée
    J’ouvre ma fenêtre et je vois ma vie passer
    Heureuse ou triste, elle courtise sa liberté chevauchée
    Un soupir si long cisaille mon âme
    Et vaque dans mon ailleurs mon cœur et ses plaies
    L’amour en moi est présent et absent
    Ma vie se désole m’engouffre dans le couloir de l’amertume de la vie
    Je m’agrippe à sa rampe, parfois heureuse d’autres désolée
    Je monte l’ascenseur errant et solitaire sur le dos mes années
    Ma vie est une tornade, un océan
    Où le Roi amour s’est embarqué
    Ma vie sur une page est naufragée
    Un pauvre radeau d’infortunée
    Ma plume est rame repêche mon âme dulcinée
    Maissa Boutiche, Ain Bénian, Alger, Algérie, le 29 Mars 2015
    Tous droits réservés

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: