Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Jimi Hendrix

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...


Jimi Hendrix

James Marshall Hendrix (né Johnny Allen Hendrix le 27 novembre 1942 à Seattle, aux États-Unis, et mort le 18 septembre 1970 à Londres (27 ans), en Angleterre), mieux connu sous le nom de Jimi Hendrix, est un guitariste, auteur-compositeur et chanteur américain, fondateur du groupe anglo-américain The Jimi Hendrix Experience, actif de 1966 à 1970. Malgré une carrière internationale longue de seulement quatre ans, il est considéré comme le plus grand joueur de guitare électrique et un des musiciens les plus importants du XXe siècle.

 Jimi Hendrix – Bleeding Heart

Jimi Hendrix est l’un des artistes les plus novateurs de la musique populaire de son siècle, notamment en raison de son approche révolutionnaire de son instrument à qui il a donné ses lettres de noblesse, et des techniques d’enregistrement en studio. Hendrix avait la particularité d’être un guitariste gaucher, mais de jouer le plus souvent sur une guitare de droitier, après avoir remonté ses cordes conformément à cette inversion. Improvisateur sortant des sentiers battus, il libéra la guitare solid body de ses contraintes en utilisant les ressources nées de l’amplification, notamment en domestiquant l’effet larsen et en explorant toutes les facettes du maniement de la manette de vibrato ou de la pédale wah-wah.

Son influence dépasse largement le cadre de la musique rock : la plupart des styles musicaux qui se développèrent dans les années 1970 reprirent certains éléments de sa musique ; Miles Davis, notamment, joua ainsi un jazz électrique très marqué par le guitariste. Son décès, survenant après celui de Brian Jones et précédant ceux de Janis Joplin et Jim Morisson participe au mythe fondateur du Club des 27.

Influences

    « Pour jouer le Rhythm & Blues, Hendrix était de loin le plus grand expert que j’ai pu entendre dans le style de musique développé par Bobby Womack, Curtis Mayfield et Eric Gale, entre autres. J’ai l’impression qu’il n’y avait aucun style de guitare qu’il n’ait soit entendu, soit étudié, y compris la guitare hawaïenne et la dobro. Dans son jeu, on pouvait clairement entendre Curtis Mayfield, Wes Montgomery, Albert King, B.B. King et Muddy Waters. Jimi était le plus black des guitaristes. Sa musique émanait des formes musicales les plus anciennes, pré-blues, comme ce qu’on chante pendant le travail de la terre ou les mélodies gospel. D’après ce que j’ai pu recueillir, il n’y avait pas de genre de musique noire qu’il n’ait écouté ou étudié, mais il aimait surtout les formes anciennes de la musique noire, et ça transpirait de son jeu. On a souvent parlé de Son House et de vieux bluesmen, mais ce qui l’épatait, c’était les vieux disques de Muddy Waters et John Lee Hooker où la guitare est énormément amplifiée par le studio, pour lui donner une présence qu’elle n’avait pas en réalité. Il connaissait ça : on peut entendre tous les trucs de John Lee Hooker et Muddy Waters sur la version longue de Voodoo Child (Electric Ladyland). Je ne l’ai jamais entendu jouer quoi que ce soit qui ressemble à du jazz, mais je l’ai entendu jouer comme Mahavishnu (John McLaughlin). Il cherchait à jouer des mélodies avec un sustain permanent ; il était plongé dans le feedback depuis les Yardbirds et autres groupes anglais. Je crois même l’avoir entendu parler de Beck’s Bolero. »

Le blues constitue la base du vocabulaire guitaristique utilisé par Jimi Hendrix. Il reprend les techniques des grands bluesmen qui permettent de développer un jeu expressif, mais aussi leur langage harmonique où l’ambiguïté majeur/mineur joue un rôle important. Il est difficile d’établir une liste exhaustive des guitaristes de blues ayant influencé Hendrix. On peut toutefois se faire une idée assez précise de ses principales influences via les reprises qu’il joua en concert ou en club, mais aussi des entretiens qu’il accorda : Albert King (Born Under a Bad Sign), B.B. King (Rock Me Baby), Elmore James (Bleeding Heart), Hubert Sumlin, le guitariste de Howlin’ Wolf (Killing Floor56), Freddie King (San-Ho-Zay58), Muddy Waters (Hoochie Koochie Man & Catfish Blues), Albert Collins (Drivin’ South59), mais aussi Buddy Guy, John Lee Hooker ou Robert Johnson. Le 9 octobre 1967 à Paris à l’Olympia, il interpelle ainsi le public ; « Avez-vous entendu parler de Muddy Waters ? Et de John Lee Hooker ? »

Son style de guitare rythmique, tel qu’on peut l’entendre sur Little Wing ou Bold as Love, est inspiré, en plus complexe, de celui développé par Curtis Mayfield, reconnu par Hendrix comme l’une de ses influences majeures.

Bob Dylan, dont il reprendra plusieurs morceaux (All Along the Watchtower, Like a Rolling Stone, Drifter’s Escape et Can You Please Crawl Out Your Window), influencera Hendrix en tant qu’auteur, mais aussi en tant que chanteur : la technique vocale limitée de ce dernier lui donnera confiance en sa propre voix.

Hendrix est aussi influencé par le rock anglais. D’une part, il reprit le Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles à plusieurs reprises, mais il poussa plus loin des idées développées sur l’album Revolver publié en 1966 : certaines bandes sont passées à l’envers sur Tomorrow Never Knows, dont Hendrix reprendra le thème61 en concert. Le titre Are You Experienced reprend ce type de procédé, de façon encore plus poussée. Hendrix reprit à plusieurs reprises Sunshine of Your Love de Cream (citant régulièrement le solo de Clapton) et s’est peut-être inspiré du feedback tel que Jeff Beck l’utilisait au sein des Yardbirds. Il utilise d’ailleurs le riff du Rice Pudding du Jeff Beck Group pour conclure l’une de ses compositions (In From the Storm). Enfin, il n’est pas exclu que Jimi Hendrix ait été influencé par les prestations scéniques des Who, dont Pete Townshend, le guitariste, utilisait des amplis Marshall avant lui.

Au cours des dernières années de sa vie, Hendrix s’intéresse de plus en plus au jazz, jouant avec Roland Kirk, enregistrant avec Larry Young, John McLaughlin et Dave Holland, qui participèrent aux premiers enregistrements électriques de Miles Davis, avec lequel Hendrix commençait à entretenir certains rapports.

À la fin de sa vie, il avait prévu d’enregistrer avec Gil Evans. À l’écoute de sa version de l’hymne américain ou de « Machine Gun », il est difficile de ne pas faire le lien avec le free jazz et sa volonté de libérer l’improvisateur des contraintes harmoniques et rythmiques.

Jimi Hendrix n’a publié de son vivant que quatre albums (trois albums studio et un Live) : Are You Experienced, Axis: Bold as Love, Electric Ladyland et le Band of Gypsys. Ces quatre albums sont des classiques de la musique rock. Mais il laisse derrière lui des centaines d’heures d’enregistrements, de natures très diverses : compositions sur lesquelles il travaillait dans la perspective de publier son quatrième album studio, ébauches plus ou moins embryonnaires de compositions en devenir, démos personnelles enregistrées chez lui, jams en studio ou en concert, concerts enregistrés professionnellement ou par des amateurs.

La qualité de ces enregistrements, tant musicale que technique, est tout à fait variable. La discographie officielle de Jimi Hendrix est particulièrement complexe, et très inégale : certains albums ont été publiés en dépit de toute considération artistique.

Parmi les albums posthumes salués majoritairement par la critique et les amateurs on trouve : The Cry of Love (dont on retrouve l’intégralité du matériel sur First Rays of the New Rising Sun), Rainbow Bridge – Original Motion Picture Sound Track et Jimi Hendrix : Blues pour les albums studio, Live at Monterey, les enregistrements consacrés au concert du Royal Albert Hall du 24 février 1969, Live at Woodstock et Live at Berkeley pour les albums en concert.
Jimi Hendrix sur la 5e avenue à Seattle
Un pas de géant pour la guitare électrique

    « Je me revois attendant anxieusement de voir Jimi jouer de près car, pour l’avoir vu en concert, je pensais qu’il devait avoir un truc mystérieux construit dans sa guitare afin d’obtenir tous ces incroyables sons. J’ai vite découvert qu’en fait, il n’utilisait qu’une vieille Strat et des amplis Marshall. Il avait quelques gadgets comme l’UniVibe, la Fuzz Face et la Cry Baby, mais tous ces articles étaient disponibles partout dans le commerce. La magie, à vrai dire, provenait uniquement de ses doigts. »

— Harvey Mandel, Hors Série Guitare & Claviers 1990

Hendrix a révolutionné l’approche de la guitare électrique, notamment par son utilisation des pédales d’effet et des ressources de l’amplification. Au début de l’Experience, il combine la saturation des amplificateurs à lampes (en jouant à un haut volume sonore) avec la Fuzz Face, une pédale de saturation provoquant un fort écrêtage du son. Cela lui permettait de générer du feedback (dû au larsen de ses amplificateurs) qu’il pouvait contrôler en temps réel grâce à son levier de vibrato ou sa technique de main droite. Roger Mayer construira pour lui l’Octavia (une pédale de saturation jouant sur les fréquences en doublant à l’octave supérieure) qu’il utilisera dès l’enregistrement de Purple Haze, puis avec le Band of Gypsys. Hendrix est l’un des premiers à utiliser la pédale wah-wah (en 1967). Il est selon Larry Coryell « le premier à l’avoir abordée sérieusement et à y avoir passé des heures de pratique. » En concert, Hendrix n’utilisait toutefois qu’un nombre réduit d’effets, y compris en 1970 : une wah wah Vox, l’Octavia de Roger Mayer, la Fuzz Face Arbiter et l’Uni-Vibe. En studio, Hendrix élargira sa palette de timbres avec l’aide de son ingénieur du son habituel, le Britannique Eddie Kramer, qui contribua à l’élaboration du phasing, mais aussi au fait de passer les bandes à l’envers.

Il a été élu meilleur guitariste de tous les temps par le magazine américain Rolling Stone dans le classement des 100 Meilleurs guitaristes de tous les temps (en 2003).

Impact sur ses contemporains

    « Jimi m’a influencé, comme il a, je pense, influencé tous les guitaristes. Il était révolutionnaire. Et, tandis que nous expérimentions tous dans les années 1960 avec le feedback et ces grands amplis, recherchant de nouvelles manières de jouer de la guitare électrique, avec la Stratocaster et le Marshall, Jimi a tout mis en place. Je veux dire, il a… qu’il a mis tout le monde sur sa voie. Il a eu l’effet le plus profond, et durable, parce que l’effet de Jimi Hendrix sur les guitaristes est toujours là aujourd’hui. »67 (John McLaughlin)
« Je me souviens de lui jouant au Saville Theatre un dimanche soir, le 4 juin 1967. Le rideau s’est ouvert et Jimi a démarré son show par la chanson „Sgt. Pepper”. Notre disque n’était sorti que le jeudi d’avant. Alors, c’était vraiment un beau compliment ! Je crois que ce fut l’un des plus grands honneurs que l’on m’ait fait 68dans toute ma carrière. »69 (Paul McCartney)
« Pourquoi Jimi Hendrix est-il toujours présent ? Il était si bon. Il ne faisait qu’un avec son instrument. Personne d’autre n’a amené la guitare électrique à ce niveau, et surtout depuis. Il était à des coudées au-dessus de tous. Il était complètement parti. Si aquatique, développant ces belles choses à partir du feedback. Pour le dingue de guitare que je suis, il représentait le maximum. »70 (Neil Young)
« Très peu de gens jouent vite et intensément. La plupart jouent vite et vide. Mais Coltrane jouait vite et profond, tout comme Charlie Parker, et tout comme Jimi. » (Carlos Santana)
« Je reviens toujours à la musique de Jimi et je ne finis pas d’y découvrir de nouvelles possibilités. Chaque fois que j’écoute ses disques, j’y trouve quelque chose de nouveau. C’est à ça qu’on reconnaît un grand compositeur. »71 (Gil Evans)
« C’est le plus grand musicien que j’ai connu »72 (B. B. King)
« Toutes les fois que j’ai vu Jimi jouer, c’était la concrétisation de ce que j’aurais dû être et que je n’étais pas. »43 (Mike Bloomfield)
« S’il ne reste qu’un nom dans toute l’histoire du rock’n’roll dans cent ans, ne cherchez pas, ce sera forcément Jimi Hendrix. »72 (Pete Townshend)
« Ce que je trouvais stimulant chez lui, c’était son attitude intensément autocritique envers sa musique. Il avait un don énorme et une technique extraordinaire, comme quelqu’un qui passait ses journées entières à jouer et à s’entraîner, et pourtant il n’en semblait pas conscient. » (Eric Clapton)
« La disparition de Jimi m’a bouleversé. Il était si jeune et avait un tel avenir. » (Miles Davis)
« Hendrix est un des personnages les plus révolutionnaires de la culture pop, musicalement et sociologiquement parlant. Le public féminin trouve Hendrix beau (peut-être un peu épouvantable), mais en tout cas sexy. Le public masculin pense qu’il est un guitariste et un chanteur phénoménal. Les types semblent aimer le fait que leurs petites amies soient sexuellement attirées par Hendrix. Très peu sont froissés par son charme ou l’envient. Ils renoncent ou alors ils se payent une Fender Stratocaster, une pédale wah wah et quatre amplis Marshall. » (Frank Zappa)

Publié par

A ne pas manquer :

  • Elvis PresleyElvis Presley Elvis Aaron Presley, né le 8 janvier 1935 à Tupelo, Mississippi et mort le 16 août 1977 à Memphis, Tennessee, est un chanteur et acteur américain. Appelé « The King », il a […]
  • Franz SchubertFranz Schubert     Franz Peter Schubert est un compositeur autrichien né le 31 janvier 1797 à Lichtenthal, l'un des quartiers du neuvième arrondissement de Vienne, et mort dans […]
  • Piotr Ilitch TchaïkovskiPiotr Ilitch Tchaïkovski   Piotr Ilitch Tchaïkovski (en russe : Пётр Ильич ЧайковскийPrononciation), orthographié aussi Tchaïkovsky, est un compositeur russe de l’ère romantique né le 25 […]
  • Gioachino RossiniGioachino Rossini      Gioachino Rossini est un compositeur italien né à Pesaro en Italie le 29 février 1792 (la ville appartenait alors aux États pontificaux) et mort à Paris le 13 […]
  • Johannes BrahmsJohannes Brahms   Johannes Brahms [joːˈhanəs ˈbʁaːms] (né le 7 mai 1833 à Hambourg, mort le 3 avril 1897 à Vienne) est un compositeur, pianiste et chef d'orchestre allemand. Johannes […]
  • VivaldiVivaldi Naissance  -   4 mars 1678, Venise Décès   -28 juillet 1741 (à 63 ans), Vienne Activité principale   -  Compositeur Style   -  Musique baroque Activités annexes   -  […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: