Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

22 avril : Journée mondiale de la Terre

| 2 Comentarii

Read similar posts recommended for you

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...


Rwanda

Rwanda

Pour célébrer La Journée mondiale de la Terre et pour une approche éducative, fondée sur des liens multiculturels, je vous propose deux poèmes écrits par deux enfants de Rwanda, pays qui traverse les commémorations du génocide rwandais en souvenir des massacres de 1994, pendant lesquels des soldats de l’armée rwandaise et des milices hutu ont tué 800 000 personnes de la minorité tutsi, un génocide qui a duré cent jours, un crime contre l’humanité, dont les commémorations sont en l’hommage dû aux victimes de cet épouvantable carnage, et un appel à unir les efforts pour qu’une telle tragédie ne se répète pas. Les deux poèmes sont écrits par deux enfants de Rwanda pour le Concours de poésie pour le 30e anniversaire du Festival Vues d’Afrique, organisé par l’Association pour la Création Littéraire chez les Jeunes, Canada, et encore trois poèmes écrits par nos auteurs contemporains, collaborateurs du site online-litterature.com.

 

Oh ma terre !

Oh ma Terre !
Pardon pour ce que j’ai fait,
Pour tes mers qui sont toutes empoisonnées
Tes poissons qui sont tués
Tes forêts qu’ils ont dégagées
Ta couche d’ozone qui est trouée
Que fais-je pour te sauver ?

J’ai trouvé,
J’appelle mes amis
Puis nous te promettrons d’être gentils
Et pour te le prouver,
On va planter des végétaux,
Aider les animaux
Et aussi arrêter la pollution
Tu vas être fière de nous.
Notre vie Notre terre
Notre pluie
Notre nourriture
C’est toi notre terre !

Taha Benmoussa, 10 ans Rwanda

*

Humanité responsible
 
Frères et soeurs de l’humanité,
Prenez conscience de votre culpabilité,
Reprenez en main votre responsabilité,
Et agissez en fonction de toutes vos difficultés.

Sans aucun doute,
Vous avez longtemps agi comme des bêtes,
Sans pouvoir discerner ce que les autres racontent,
Sur ce monde qui court à sa perte.

À cause de vous, la terre est affaiblie par des ondes,
Qui provoquent des éruptions et avalent des villes,
Qui emportent des vies, des matériels,
Qui plongent le monde dans une douleur profonde.

Jeniffer KALUME, 24 ans Rwanda

*

Cultivons l’amour

dans nos champs, Avant que vienne le mauvais temps. Le coeur est un sol très dur. Déracinons les herbes nuisibles. Piochons les coeurs insensibles, Pour planter des grains d’amour. Même sous le soleil brulant. Même s’il n’y a pas d’aliment. N’arretons pas de sarcler la haine. Il faut couper tous les chênes, Qui bloquent l’épanouissement de l’amour. Plantons le sans mesquinerie. Pas besoin de gabarit. Si l’amour est abondant dans nos champs, On recoltera que le contentement. Qu’il soit le boussole qui dirige nos pas. Qu’il soit la lampe qui éclaire nos voies. Qu’il sert d’engrais à notre univers. Qu’il anéantit la guerre. Cultivons l’amour dans nos champs, Pour dompter tous les méchants. Prenons soins des grains d’amour. Arrosons les chaque jours. Anticipons la recolte, Pour freiner toutes ces révoltes.

Wolf Gorbatchèv Oscar, 21 ans Haiti

*

Ma geôlière

Le jour dissipe les cendres des chagrins
Le soleil de son éclat, les enterre
Un nouveau regard, un nouveau jour
J’y crois, à l’espoir, à son retour
Alger m’embrasse, m’ouvre les bras
Son soleil me caresse avec amour
Je m’engouffre dans ses ruelles
De ma tristesse, je me libère
Alger si belle comme une princesse
Le ciel, sublime dans sa cape bleue
A sa beauté, le rêve m’emporte
Dans sa foule et la beauté de ma belle bleue
De ses caprices, elle m’emprisonne
A sa caresse, je savoure la liberté
En guise d’un bonjour, une bise légère
Son amour en mon cœur m’éblouit
Sa brise me rafraîchit, suit mes pas
A son odeur, mon cœur bat
Ma bleue de ses vagues, me chante l’amour
De ma terre brune, j’oublie mes bas
Le jour dissipe les cendres des chagrins
Le soleil de son éclat, les enterre
Home des personnes à mon cœur si chères
A sa caresse, je m’assoupis
J’enterre mes peines, je les oublie
Je ferme les yeux, je suis si fière
De cette passion entre nous deux
Je ferme les yeux et je souris

Maissa Boutiche Alger, Algérie

*

Terre sans Paix

On vole dans l’espace et on est fier,
On découvre toujours des étoiles éloignées,
Pendant que sous nos yeux, sur la vieille Terre,
Les inégalités extrêmes se sont aggravées.

Un nouveau virus, génocide, peur et guerre,
Des enfants-soldats mutilés…
Qu’avons-nous fait de toi, pauvre Terre ?
Quel sera ton avenir, sans la Paix ?

Iulia Toyo, Japon
Publié par

 

A ne pas manquer :

  • Rwanda, le documentaire du génocideRwanda, le documentaire du génocide   Il est difficile de regarder un beau pays sans réfléchir sur les événements qui y sont arrivés . Le Rwanda est un exemple parfait de la façon dont une guerre civile peut […]
  • Bushidō, le mystère du cerisier, et les pommes modifiées génétiquementBushidō, le mystère du cerisier, et les pommes modifiées génétiquement Dans l'ouvrage "Bushidō, l'âme du Japon", une référence en matière de philosophie morale et martiale, Inazō Nitobe nous parle de la fleur de cerisier, symbole de l'âme […]
  • Rétrospective Mars 2014Rétrospective Mars 2014 Les journées qui concernent un problème d'intérêt international attirent l'attention à de différents sujets : la journée internationale de la Francophonie (20 mars), la journée […]
  • Le premier sismographe du mondeLe premier sismographe du monde Zhang Heng était un astronome, mathématicien, inventeur, géographe, cartographe, artiste, poète, homme d'état, et érudit de littérature chinois de Nanyang, Henan chinois. Il vécut […]
  • Jeunesse sans vieillesse et régénération de l’intelligenceJeunesse sans vieillesse et régénération de l’intelligence On l'a appelée la cellule du rajeunissement, et on l'étudie à Harvard Stem Cell Institute et aux centres scientifiques du monde. La protéine appelée GDF11 et est […]
  • Journée mondiale de la ‪santé‬Journée mondiale de la ‪santé‬ Le 7 avril de chaque année, mais aussi le 21 mars, on célèbre la Journée Mondiale de la Santé, pour sensibiliser le monde entier et mieux informer les opinions publiques à […]

2 Comentarii

  1. Perdue dans mes pensées
    Je regarde tristement le temps passer
    Le regard lointain
    Le dos aux rocs pleureurs, adossé
    La bleue dans toute sa splendeur
    Ses vagues dans leur robe plissée
    Je saisis le vent d’accompagner mon chant
    Mettre à nu, l’errance et l’exil qui ne cessent de m’embrasser

    Dans ta robe bleue d’azur, se noient mes pensées
    A ta caresse mon corps frémit et réchauffe mes pieds glacés
    Ta brise m’étreigne si fort
    Mon âme hurle dans ton écume, se noie
    Remémore, dans ton miroir mes années passées

    J’embarque dans le navire du temps
    A travers les nuages enlacés
    Je meurs au chant d’amour de mes sentiments
    Qui dans ma mémoire sont entassés
    Mon cœur se réchauffe du volcan des tendresses
    Je prends soudain conscience que je suis cette délaissée
    Enfant exilé, rôdeur, infatigable dans le passé
    J’écris sur les rides les sourires d’amour
    Dans la mémoire de l’oubli, qui les a classés

    Dans la gorge un amer hélas, me coupe le souffle
    Je caresse de mes doigts ces pépites de sable doré
    Elles comprennent le langage de mon cœur, par l’amour fracassé
    Les vagues accourent à ma déprime pour me bercer
    De la brise légère, mes mèches sont caressées
    Une douceur sur mon âme et mon cœur qui sont tabassés

    J’arrive dans mon hameau
    Sur le tapis d’Aladin, le cœur déchiré, l’âme en lambeaux
    J’éclaire de mes proses et odes mon beau berceau
    Dans mes profondeurs, une avalanche de cris et de sanglots
    Sur mes joues de larmes en cascades archivent
    D’un revers gauche, enfantin les souvenirs arrivent
    Je souris à ces absents
    Leurs vies dans mon âme, livre d’or à mon chevet

    Le silence est Maître
    La maison dans le silence est plongée
    La porte de bois fermée, les persiennes baissées
    Je fais fi à l’oubli, qu’ils ne seront jamais archivés
    Le feu de ses flammes dans mon cœur s’est embrasé
    Champs d’amour où jadis, je me prélassais
    L’amour m’enivre
    Héros sur la scène de mon théâtre, de ma vie, les larmes
    En délire
    J’archive dans ma mémoire et dans chaque cheveu blanc
    L’amour qui me fait saigner à blanc
    De ma vie de femme sur la côte de mes rêves
    Mon âme fiévreuse et ma plume rêveuse
    Je dis dans une prière
    Merci à Dieu
    Merci la vie
    Béni le jour prochain qui se lèvre
    Pour que je puisse encore écrire sur le sable de ma bleue ma vie tracée
    Maissa Boutiche, Ain Bénian, Alger, Algérie, le, 21/04/2014
    Tous droits réservés

  2. Ma terre
    Je l’aime
    Je l’aime, que faire
    Elle ne s’en souci de mon amour guère
    Elle ne me connait même pas
    Sourde à mes appels
    À ma mélodie, elle ne danse pas
    A ma bohème, elle est muette
    À ma passion, ne répond pas
    Je l’aime passionnément, que faire
    Pourquoi ne répond-elle pas
    Mon chant n’a pas une belle voix
    Ou ses paroles ne sont pas sincères
    Je l’aime, cette belle patrie
    Elle est ma chevalière d’honneur
    Brune, belle, romanesque
    A mon amour, elle se rebelle
    Je lui souhaite, belle des belles
    Un bon et joyeux anniversaire
    Je l’aime d’un amour
    Qui son élan est des plus ardents
    Je l’aime
    Mon amour est une passion
    Qui m’honore et dont je suis fière
    Il est arc en ciel, étincelant
    Qui fait chavirer mon cœur
    Paix, amour et Eden de mes champs
    Je l’aime
    Mon cœur, sur les feux ardents
    Flammes et feu, belle passion
    Qui enivre mon âme, consume mon cœur
    Je l’aime, même si je ne suis qu’un grain de sable
    Sur sa terre
    Ou une goute d’eau dans son océan
    Ou une petite brise de son vent
    Je sais, que je ne suis pas perdant
    Son amour est un devoir galant
    Elle est ma terre que je vénère
    Ma noblesse et mon honneur
    Je l’aime et mon amour et sans façons
    Sans intérêts, si innocent
    C’est mon Algérie, la belle des belles
    Je donnerai ma vie et celles de mes enfants
    Nous seront à son appel au premier rang
    A elle, nous serons toujours fidèles
    On l’aime !
    Maissa Alger, Algérie, le 05/07/2013 à 14h 50mn
    Copyright

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: