Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

La Volonté de Vivre – Abou Kacem Chebbi

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...


Aboul Kacem Chebbi

 Abou Kacem Chebbi

Traduction de Samia Lamine

 

 

La Volonté de Vivre

«- Quand, un jour, le peuple veut vivre

Forcément, le destin lui obéit

Et forcément, la nuit se dissipe

Et forcément, les chaines se brisent…

Et… celui qui n’est pas attaché à la vie

S’évapore dans l’atmosphère et y sera englouti ;

Malheur, donc, à celui que la vie n’exalte pas :

Au coup du victorieux néant, il n’échappera pas.»

Ainsi, me dirent les êtres

Et me parla leur âme cachée.

Et le vent maugréa entre les vallons,

Sous les arbres et sur les monts:

« -Quand je tends vers un but

J’enfourche l’espérance et oublie toute prudence.

Et je n’évite ni les montées scabreuses

Ni les boules de flammes embrasées…

Celui qui n’aime pas grimper les montagnes

Vivra éternellement entre les fossés ».

Alors, le sang de la jeunesse tourbillonna dans mon cœur

Et dans ma poitrine, des vents nouveaux hurlèrent

Et je me mis à écouter le grondement du tonnerre

Et la mélodie des vents et le bruit de la pluie

Et la terre me dit, quand je lui avais demandé :

« -Oh, mère ! Est-ce que tu hais l’humanité ? »

« -Je bénis, parmi les hommes, les ambitieux

Et ceux qui aiment affronter les dangers

Et je maudis ceux qui ne se conforment pas au temps

Et se suffisent de vivre la vie… la vie des pierres.

Ainsi est l’univers .Vivant. Il aime la vie

Et méprise le mort quel que soit son rang…

Ni l’horizon n’accueille les oiseaux morts

Ni les abeilles ne lèchent les fleurs fanées.

Et sans la tendresse maternelle de mon cœur,

Les tombes n’accueilleraient  jamais les morts.

Malheur, donc, à celui que la vie n’exalte pas,

Au coup du victorieux néant, il n’échappera pas».

Et un soir d’automne,

La nuit était épuisée par le chagrin et l’ennui,

J’étais enivré tant les étoiles brillaient

Et j’ai chanté à la tristesse tant qu’elle s’est  enivrée

Et j’ai demandé à l’obscurité :

« -Est-ce que tu peux ressusciter

Ce qui est par le printemps fané? »

Mais les lèvres de la nuit ne répondirent pas

Et les nymphes de l’aube ne chantèrent pas.

Et les bois me dirent avec une douceur

Aussi admirable que les vibrations des cordes :

« -L’hiver arrive, l’hiver embrumé,

L’hiver de la neige… l’hiver de la pluie.

Alors, s’éteint la magie… la magie des branches,

La magie des fleurs, la magie des fruits

Et la magie de la belle et douce nuit

Et la magie des prairies exquises et embaumées.

Et tombent les branches et leurs feuilles

Et les fleurs d’un temps tendre et aimé.

Et le vent les emporte dans tous les fleuves

Et le courant les enterre où qu’il passe.

Et tout s’éclipse comme un beau rêve

Qui illumine un cœur et puis, disparait.

Et …persiste la semence, qui porte

Les réserves d’un bel âge évanoui

Et le souvenir des saisons et le songe d’une vie

Et les troupes dispersées des fantômes d’une vie…

Enlaçant, sous la brume,

Sous la neige et sous la pluie,

La douceur d’une vie qui jamais n’ennuie

Et le cœur du printemps doux et parfumé…

Et rêvant des chants des oiseaux

Et de la fragrance des fleurs et du goût des fruits.

Et …le temps passe… et… des douleurs naissent

Et des douleurs périssent et puis d’autres renaissent.

Et ses rêves deviennent une réalité

Parée du mystère de l’aube.

Et elle demande : -Où est la brume du matin ?

Et la magie de la nuit ? Et le clair de la lune ?

Et l’essaim des élégants papillons ?

Et les abeilles qui chantent ? Et les nuages qui passent?

Et où sont les rayons et les êtres ?

Et où est la vie que j’attends?

Que j’ai soif de la lumière au-dessus des branches !

Que j’ai soif de l’ombre sous les arbres !

Que j’ai soif de la fontaine, entre les prairies,

Dansant et chantant entre les fleurs !

Que j’ai soif des chants des oiseaux,

Des murmures de la brise et de la mélodie de la pluie !

Que j’ai soif de l’univers ! Mais où est l’existence ?

Mais quand verrai-je le monde auquel j’aspire ?

Tel est l’univers… il est derrière la torpeur de l’inertie

Et à l’horizon du grand réveil »

Et il ne fallut que le temps d’un battement d’ailes

Pour que son désir  grandît et triomphât.

Alors, la terre se fendit

Et révéla l’univers en sa plus belle image :

Et vint le printemps avec ses mélodies

Et ses rêves et sa jeunesse embaumée.

Il posa sur ses lèvres des baisers

Qui ravivent la jeunesse perdue

Et lui dit : « – On t’a donné la vie

Et tu es éternisée grâce à ta progéniture épargnée.

Et la lumière t’a bénite… Accueille donc

La jeunesse de la vie et la fertilité de l’âge.

Celui dont les rêves adorent la lumière,

Est bénit où qu’il paraisse.

A toi l’espace et à toi l’univers et la lumière

A toi la terre rêveuse et prospère !

A toi la beauté qui éternise !

A toi l’existence fraîche et immense !

Gambade à travers les champs

Avec les doux fruits et les plus belles fleurs.

Et confie-toi à la brise et confie-toi aux nuages !

Et confie-toi aux étoiles et confie-toi à la lune

Et confie-toi à la vie et à ses passions

Et à la beauté de cette superbe existence ! »

La nuit laissa transparaître une beauté profonde

Qui rafraîchit l’imagination et ranime l’esprit…

Et l’univers baigna dans une étrange magie

Que gère un grand magicien.

Et… s’allumèrent les bougies des éclatantes étoiles

Et s’évapora l’encens… l’encens des fleurs.

Et une âme d’une étrange beauté

Ayant des ailes de clair de lune se mit à frémir.

Et … retentit l’hymne sacré de la vie

Dans un temple rêveur et envoûtant.

Et il annonça dans l’univers que l’ambition

Est la flamme de la vie et de la fortune

Et que si les cœurs aspirent à la vie

Forcément, le destin leur obéit.

                                               Abou Kacem Chebbi « Les Chants de La Vie » 1934

Poème traduit par Samia Lamine publié p108, dans mon recueil „Dabka jusqu’à l’aube” (2013).

Toute reproduction ou traduction sans autorisation de l’auteure est interdite.

Publié par online-litterature

A ne pas manquer :

  • Abou el Kacem ChebbiAbou el Kacem Chebbi  La Volonté de Vivre - Traduction de Samia Lamine *** Abou el Kacem Chebbi (arabe : أبو القاسم الشابي), également orthographié Aboul Kacem Chabbi ou Aboul-Qacem […]
  • Paul ValéryPaul Valéry       Le cimetière marin (Paul Valery) Les pas (Paul Valéry) L’Ame et la Danse (Paul Valéry)       Ambroise Paul […]
  • DantonDanton Georges Jacques Danton, né le 26 octobre 1759 à Arcis-sur-Aube et mort le 5 avril 1794 (16 germinal an II) à Paris, est un avocat au Conseil du Roi et un homme politique […]
  • Victor HugoVictor Hugo Victor Hugo - Saison des semailles. Le soir 1er janvier (Victor Hugo) poème audio Abîme - L'homme (Victor Hugo) Abîme - La voie lactée (Victor Hugo) Aimons toujours ! Aimons […]
  • Vladimir MaïakovskiVladimir Maïakovski       Écoutez, canailles... (Vladimir Maïakovski)       Vladimir Vladimirovitch Maïakovski (en russe : Владимир Владимирович […]
  • ACLJ – Le Lion et le SingeACLJ – Le Lion et le Singe Le Lion et le Singe - conte   D’après le conte original d’ Aminata TRAORE, 13ans.   Un jour le lion avait rendez-vous avec le singe dans un champ de maïs ; le […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: