Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Lazreg Ouadah

| 2 Comentarii

Read similar posts recommended for you
A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...


 Etoiles (Lazreg Ouadah)

Au soir, Quand bêtes et hommes regagnent leurs gîtes
Les vêpres par leurs murmures envahissent l’horizon de leurs voiles
À travers mon embrasure je me prépare à rencontrer les étoiles
Elles viennent pour essaimer ma voûte, à les accueillir, je me précipite

O mes douceurs, de mon promontoire je vous admire, je vous écoute
Et vous autres senteurs, effluves valéryennes, venez toutes
Hissez à moi vos fraîches bouffées de la rivière qui coule en bas
O vous les étoiles, perles de mon âme, j’aime vos ébats

Inspirez moi, parlez moi, je veux béer
Pour mon cœur endolori miroitez
C’est l’heure de ma paix retrouvée
Je veux m’y plonger et m’y attarder

Au pied de votre palais nocturne
J’ai déposé tous mes tracas, fardeaux engourdissants
Je veux m’enivrer de votre élixir au clair de lune
M’emporter en noctambule errant

Des chants mystiques du temple voisin
Me parviennent, ô Mélodies envoûtantes
Musiques pleines de louanges et reposantes
Dans la nuit  paisible avant demain

Rien au monde ne peut assouvir mon esprit
Mes pensées, mon âme et mon être alors épris
Monde féerique des étoiles et de la nuit ma patronne
J’abandonne tous les plaisirs, à celui-ci je m’adonne

Je communie avec le bédouin esseulé sur sa route
Possédant que sa seule monture et quelques gouttes
Grain dans le désert loin du tumulte
Savourant son thé et  jouant de son luth

Je sens le marin sur sa barque
Flottant comme une paille dans l’océan
Admirant son étoile paradisiaque
Le guidant assurément

Vous m’apportez  la paix la sérénité
Vous me mettez dans l’extase
Rien que vous savez me délecter
Baumes sur mon cœur plein d’angoisse

Myriades jasminées pour mes yeux
Pierres étincelantes de milles feux
Seuls les poètes savent vous parler
Mes amours de chaque soir rencontrés

Vos ballets m’emballent sereinement
Tous beaux et entraînants
La grande et la petite ourse pour mes yeux
L’étoile du berger et la flèche de Zeus

Les autres toutes aimées
Voie lactée
Guirlandes de ma fête
En transe, je m’entête

 Les derniers cyprès (Lazreg Ouadah)

Saurez vous m’accompagner à mon trépas
Vous les six cyprès du cimetière Chrétien
Veilleurs sur les pierres en amas
Vous êtes encore là en gardiens
Sentinelles sans relève jusqu’à quand
******
Rescapés de l’évident naufrage
Vous êtes les derniers vestiges
D’une ère futile et sans prestige
Qu’ils ont voulu à eux seuls et sans partage
Vous êtes un tableau en résidu, une forte Image
******
Autours, croix et ornements disparus
Ni stèles, ni fleurs comme autrefois entretenus
Rien, à sa place, n’est demeuré
Tout a fondu, balayé, oublié
Le cimetière n’est plus visité
*******
À ma fenêtre, chaque jour, apparaissant
Je ne sais par quelle magie du moment
Vous remuez mes souvenirs bien gardés
Et à cette époque vous me ramenez
Vous ravivez les jours enfouis du passé
*******
Murmures à mon ouie qui résonnent
D’un temps passé et qui encore fredonnent
Des airs et des rêves d’enfants que nous partagions
Mes rêves à moi que j’ai dessiné au creux de ma main
Longtemps caressés, n’ont pas eu de lendemains
*******
Décors de pierres et cyprès, étrangers à ce temps
Que vous ne dérangez pas pour autant
Dernières reliques abandonnées maintenant
Ceux d’ici et de là bas, tous, sont indifférents
Moi je m’insurge contre l’insolent abandon
******
Quand viendra votre tour, les cyprès
Vous serez abattus, sciés ou brûlés
Quand pour, de bon, vous disparaîtrez
La terre sera alors retournée
Ce qui fut sera à jamais oublié

 Sagesse (Lazreg Ouadah)

L’enthousiasme en flots fatals
Bruissaient dans les dédales
De mon esprit fougueux et éperdu

Mon être en fut assez malmené
Il a enfin trouvé sa paix
Ma substance m’a sauvé

Je m’efforce de vivre sagement
A partir de cet instant
Les jours restants

Je veux être tranquille
J’ai enfin pris conscience
De la folie de mes errances

J’ai déjà entamé ma convalescence
Je me suis mis à ma résipiscence
Heureux, je suis indemne

Avoir ce n’est pas être
Posséder c’est être possédé
Le nécessaire est souhaité

Donc juste le nécessaire
Je ne m’embarrasse plus
De ces choses inutiles et superflues

Qui font d’un homme
Voué aux honneurs virils
Une momie aux pieds d’argile

Ces gens qui vont, qui viennent
Qui oublient souvent l’essentiel
Qu’il y à des étoiles dans le ciel

Il n’y à de plus pire aveugle
Que celui qui ne veut voir
Scellé à son noir perchoir

 Vus d’ailleurs (Lazreg Ouadah)

Quand on est ailleurs
Dans un espace meilleur
Où tout va plus ou moins bien

Quand on vit dans un autre pays
Où les crimes et les délits
Sont quand même traqués et punis

Quand on ne vit pas dans une fourmilière
Truffée de gens malhonnêtes et pourris
C’est bien commode de voir les choses ainsi

De cette belle manière
Pleine de douceurs et de pardons
Discours se voulant réjouissant

Mots gentils doux comme le sucre
Mots semés au quatre vents
Insensés et à nos ouies si encombrants

Ils ajoutent à nos peines
Leurs poids désolants
La braise est dans les cœurs pleurants

Nos cris sont pour certains esprits
Des divagations d’un autre temps
J’enrage ! Mais que peut ma rage à ce contretemps ?

Il n’y à de plus pire aveugle
Que celui qui ne veut voir
Les étoiles dans le ciel chaque soir

Mes amphigouris embêtent mes amis
En quelques décennies de temps
Nous voilà victimes de la trahison

Je veux inventer une toute autre écriture
Bien supérieure que celle là futile
Efficace, percutante, un dur outil

Une écriture persuasive et éclairante
Qui ne me laissera ni emporter ni éblouis
Par les mots quand je les écris

Un écrivain est connu par ce qu’il écrit
Pas par ce qu’il fait ou par ce qu’il dit
Et moi je déteste les écrivains

Rien n’est simple en notre steppe
Alors que tout devrait l’être
Terrible anathème de nos maîtres

Segment de l’arc en ciel
Qui fut, au pays, un jour ramené
On t’a caché à nous les malmenés

Oh! Que la vie nous enjoint
Souvent, très souvent, des spontanéités
Ephémères envols très vite déjoués

Ordres impérieux de la vie
À la servitude, à l’engluement meurtrier
Ils nous ont asservi à leur sablier

Strates dégoulinantes de mesquineries
Je veux me prémunir contre ces tendances
Je n’ai, pour les fuir, que mes tympans et des espérances

Publié par

A ne pas manquer :

  • Les Consolations (Sainte-Beuve)Les Consolations (Sainte-Beuve) Sainte-Beuve VII SONNET L’autre nuit, je veillais dans mon lit sans lumière, Et la verve en mon sein à flots silencieux S’amassait, quand soudain, frappant du pied les […]
  • Mebkhout BeghdadMebkhout Beghdad  E-book Mebkhout Beghdad - lire en ligne *** La steppe de mon père **** Regarde, disait mon père Cette traînante monotonie de nos plaines D’alfa qui épouse l’immensité […]
  • Maissa BouticheMaissa Boutiche Lire E-book en ligne ici Dédicace (en commentaire au concours "Mon plus beau rêve") Heureuse d'avoir participer à ce beau rêve et plus heureuse de partager mon […]
  • ViolinneViolinne  Ballade (Violinne) La nuit tombe des cieux, le vent se perd par des coins du désir, les étoiles doubles se promènent deux par deux, dans de longues chaînes de soupirs. La […]
  • Jean-Pierre RivetJean-Pierre Rivet E-book Jean-Pierre Rivet - lire en ligne E-book Art Duo - lire en ligne *** Bonjour petits nuages - Jean-Pierre Rivet De mon pas de paisible, je regard et ressens comme […]
  • Souad HajriSouad Hajri  La belle Sélène Du temps où la belle Sélène Respirait encore la vie Elle marchait la tête hautaine Les cheveux dans le vent S’abreuvant d’hydromel Elle regardait […]

2 Comentarii

  1. Poste remarquable. Cordialement et bonne continuation

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: