Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Le goût du plaisir – Wolf Gorbatchèv Oscar

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...


Wolf Gorbatchèv Oscar

Wolf Gorbatchèv Oscar

Wolf Gorbatchèv Oscar – chronique

Le plaisir est l’un des plus puissants outils de zombification qui existe au monde. Il est comme la boue dans les yeux d’un humain l’empêchant de voir la réalité autour de lui. Je ne saurai préciser avec exactitude l’origine du goût du plaisir chez notre peuple mais il est évident qu’il ne date pas d’hier. Si on se fie à l’histoire, les indiens étaient les premiers habitants de l’île. Ils organisaient autrefois des cérémonies de vodou et les prêtres dirigeant ces cérémonies s’appelaient Butios. À l’époque la poésie avait une grande place et les poètes indiens portaient le nom de Sambas dont le plus réputé était une femme : Anacaona. L’esclavage n’a pu abolir le goût du plaisir. Les esclaves organisaient des réunions clandestines pour partager leur misère. Le culte du vodou les rapprochait. Ils se tournaient vers les chants et la danse pour alléger le joug de l’esclavage.
De nos jours l’ampleur du plaisir dans notre vie outrepasse le bon sens. Nous sommes prêts à sacrifier notre sommeil, délaisser notre famille et dépenser beaucoup pour cela. Honnêtement, on est un peuple fou.
Le plaisir devient une obsession. J’ai vu des hommes, dont le salaire ne peut répondre à leurs besoins, dilapider leur argent en une soirée pour aller assister au concert de leurs artistes préférées ; bien qu’après ils passeront des journées à bâiller quand leur estomac s’insurge contre eux.
La passion est une arme à double tranchant. Nous fournissons aux gouvernements un moyen de nous maintenir dans la soumission. Aujourd’hui, nous avons deux carnavals par année tandis qu’une partie du peuple courbe sous la violence de la pauvreté. La rue abrite de plus en plus d’enfant. Nous n’avons pas assez d’université pour accueillir les jeunes après la philo (terminale). Le taux d’analphabète est si élevé que je m’interroge sur le silence de la population. D’un côté, un peuple analphabète fait l’affaire des dirigeants. Ils n’ont rien à craindre d’un peuple qui ne peut réfléchir, examiner et dire non quand ils pratiquent l’injustice. Par contre, c’est différent pour un intellectuel.
Nos intellectuels sont, malheureusement, zombifiés. Le gouvernement utilise le plaisir comme anesthésie pour les réduire au silence et endormir leur cerveau. Il entraine les bailleurs de fond dans leur jeu.
Si quelqu’un prend l’initiative d’organiser une association pour aider les jeunes à aller ver l’avant, les sponsors ne répondront jamais s’il demande un financement. S’il décide d’organiser une soirée avec des DJ, il obtiendra plus de sponsor que nécessaire.
Le plaisir est le pollen pour les abeilles que sont nos sponsors. Ces gens auraient pu contribuer à améliorer la condition de vie des démunis. Au lieu de cela, ils gaspillent inutilement leur argent. Le réseau de zombification actuel est vraiment efficace.
Le plaisir en soi n’est pas un problème mais quand il devient l’unique passion d’un peuple, le pays fonce droit vers sa ruine. Cette passion aveuglera les penseurs, ce qui ouvrira la porte à la corruption. Or, un pays fondé sur la corruption est une maison construite sur les sables.
Le plaisir, n’est-il pas un signe de résignation parfois ? Sans aucun doute. C’est aussi un acte de démission. Il y a un proverbe créole disant que le malheur n’a pas de klaxonne pour dire que le malheur n’avertira jamais avant de nous frapper. J’ai peur pour l’avenir de mon pays car ces paroles risquent de trouver un accomplissement sur lui.

Publié par

A ne pas manquer :

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: