Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Le Noël de Teddy – Francine Fortier Alberton

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...


Dessin de Prune Violette

Dessin de Prune Violette

Francine Fortier Alberton

Le Noël de Teddy, l’ourson en peluche.

Deux mains vigoureuses, mais nerveuses le saisissent et vlan!, Teddy est dans le noir absolu au fond de la penderie. Désarticulé comme un pantin, son petit cœur d’ourson en peluche cavale et son ventre gargouille. Teddy hurle, mais personne ne le comprend dans cette famille, sauf son compagnon chéri:
l’adorable benjamin de la maison, son gentil Max.
De grosses larmes se mettent à couler comme les vraies larmes d’un ourson en peluche. Teddy se souvient que Max n’est pas à la maison, qu’il a disparu.
Barbara, la poupée de la sœur cadette de Max, lui a dit un soir: Tu dois te préparer, car les garçons en grandissant abandonnent leur ourson en peluche.
Et Teddy avait crié de toutes ses forces en se bouchant les oreilles de ses deux grosses pattes velues:

Tu es méchante, jamais Max ne m’abandonnera !

Teddy est un ourson en peluche intuitif et très intelligent. Il sait qu’il a pris plusieurs coups de soleil sur la corde à linge, que ses genoux sont usés, que l’un de ses yeux est presque arraché et que sa fourrure commence à sentir « le vieil ourson en peluche », mais Max et lui ne se sont jamais séparés. Teddy se remet à sangloter. Seul… sans Max et dans le noir.

Soudain, Teddy entend un léger mouvement dans la chambre. C’est la maman de Max qui cherche quelque chose. Elle fouille dans les tiroirs, pousse les meubles et tout à coup, elle ouvre la porte de la prison de Teddy. Elle semble soulagée d’apercevoir Teddy et tendrement, elle le prend contre elle et le berce. La maman de Max est si triste que Teddy ne bouge plus et il lui fait des câlins, des vrais câlins d’ourson en peluche. Puis, Teddy est déposé avec soin dans le lit de Max.

***

Teddy se réveille, le museau enfoui sous le pyjama de Max. Il s’étire longuement satisfait
de ce nez de vrai ourson en peluche capable de sentir l’odeur de son humain favori. Un ourson en
peluche, c’est beaucoup moins compliqué qu’un chien qui court partout, qui réclame des caresses,
qu’on doit promener et qui jappe. Tout à coup, Teddy aperçoit Barbara, la poupée de Charlie, au
pied de son lit – ou plutôt du lit de Max:

Que fais-tu ici, vilaine ? Siffle-t-il la bouche presque fermée.

Désolée Teddy, je voulais te présenter mes excuses et te dévoiler un secret.

Un secret ?

Enfin, ce n’est pas un secret, mais j’ai entendu Charlie dire que son petit frère était à l’hôpital. Puis, Charlie a avoué à sa meilleure amie qu’elle était très malheureuse de savoir que Noël ne sera pas un vrai Noël sans son petit frère.

Noël ? Hôpital? murmure Teddy l’ourson en peluche.

Et Barbara quitte la chambre, les épaules voutées et les pieds qui semblent lourds, comme ceux d’une vieille personne.Teddy n’a pas le temps de réfléchir que la maman de Max entre et le regarde attentivement.

Teddy, en sa qualité de vrai ourson en peluche lui fait de jolis yeux, mais maman n’est pas là pour jouer avec lui. Elle le prend, le retourne, tire sur ses poils et transporte Teddy dans le salon.
Alors là, Teddy aperçoit un immense sapin de Noël, mais il n’y a rien au pied de l’arbre.
Pas le temps de réfléchir comme un vrai ourson en peluche, car la maman de Max lui bouche la vue et commence à lui broder des fleurs sur les genoux. Ensuite, elle lui fabrique avec un magnifique bouton noir un œil beaucoup plus confiant, le nettoie et le brosse doucement.

Puis, elle l’enveloppe dans une couverture de bébé toute douce et installe Teddy dans un panier en osier. Dans la boîte, il y a aussi du bon chocolat, un pyjama de Noël tout rouge et des livres sur les animaux.Tout devient confus par la suite pour Teddy l’ourson en peluche. Il se sent enlevé par une extra-terrestre et il est secoué comme un sac de billes. Puis, il se retrouve dans un endroit inconnu avec des voix qui lui parviennent de loin. Teddy est angoissé comme un véritable ourson en peluche, mais cette mauvaise sensation ne demeure pas longtemps. Deux minuscules mains fouillent dans le panier et une voix familière s’écrie : « Teddy, mon ourson en peluche ! »

Teddy se retrouve soudainement assailli de baisers tout mouillés sur les joues. Surtout, Teddy se sent fier, comme un paon déguisé en ourson en peluche, de retrouver son meilleur ami.
Autour du lit, les parents et la sœur de Max sont là. Toute la famille passe un Noël un peu spécial, mais touchant. Après le départ de maman, papa et Charlie, Teddy se colle tout contre son ami Max et lui chuchote à l’oreille :Ne t’inquiète pas, mon petit humain favori on viendra te réparer… Regarde-moi : j’ai les genoux brodés de fleurs, un œil
bien luisant et je n’ai plus l’odeur d’un « vieil ourson en peluche » ! Une fois tout neuf comme moi, nous retournerons ensemble à la maison.

Joyeux Noël, Max !

  Francine Fortier Alberton, Québec, Canada

 

Publié par

A ne pas manquer :

  • Khalid EL Morabethi – A, accent graveKhalid EL Morabethi – A, accent grave Khalid EL Morabethi - A, accent grave A, accent grave, À côté, deux hommes de noir vêtus disent qu’ils savent, Que ce n’est pas grave, S’ils peuvent dire des mensonges, Si […]
  • ProudhonProudhon    Correspondance (Karl Marx et Proudhon) Pierre-Joseph Proudhon (né le 15 janvier 1809 à Besançon1 dans le Doubs, mort le 19 janvier 1865 à Paris, en France) est un […]
  • Francine Fortier Alberton – PoèmesFrancine Fortier Alberton – Poèmes Francine Fortier Alberton À pas hésitants L’enfant devient grand Il trébuche, il tombe Mais il avance sur la route Remplie de doutes Il hésite, il tombe Mais il s’élance […]
  • Nini et gros vilain minou – ACLJ LavalNini et gros vilain minou – ACLJ Laval Nini et gros vilain minou Réalisé dans le cadre d’activités de créations littéraires organisées par l’Association pour la Création Littéraire chez les Jeunes par des enfants de […]
  • Dialogue Sylla et d’Eucrate (Montesquieu)Dialogue Sylla et d’Eucrate (Montesquieu)     Montesquieu   1745. Quelques jours après que Sylla se fut démis de la dictature, j’appris que la réputation que j’avais parmi les philosophes […]
  • Augures d’innocence ( William Blake)Augures d’innocence ( William Blake)   William Blake   Voir le monde en un grain de sable, Un ciel en une fleur des champs, Retenir l’infini dans la paume des mains Et l’éternité dans une […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: