Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Maissa Boutiche – Le rêve

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...


Maissa Boutiche

Maissa Boutiche

Maissa Boutiche – Le rêve     

 

Je ferme les yeux, pour oublier
Je me laisse aller dans le rêve
Je n’ai rien que lui, pour m’accompagner
Silencieux et si discret
Libre à moi, de m’évader

Il est doux, qu’il apaise ma colère et mon cri
Dans ses bras, il les achève
Rien n’est plus beau, que le rêve !
C’est un monde où l’âme, sans menottes se dérobe

Je me laisse aller, sur sa chaloupe
La bleue m’accueille avec la fanfare de ses vagues
Et la brise taquinant, mon foulard et ma robe

A l’horizon, flotte un drapeau
Qui danse, sans vents,
De ses chaudes couleurs qui m’enveloppent
Je m’éloigne avec mon rêve, dans les yeux
Dans l’infini de l’océan, je m’enfonce
Et les vagues danseuses, folles m’escortent

Je ferme les yeux, pour oublier
Mes cicatrices et tous mes maux
Je les noie dans l’azur de ma bleue
Leur linceul, dans son ventre

Je n’ai que le rêve
Où je peux en toute liberté, embrasser
Enlacer à en mourir, sans me tracasser
Mes rêves si beaux dans mon cœur entrelacés
En mon regard rêveur, chantent mes odes
Que j’étreigne, les libérant du fer et des cordes

J’oublie toutes les peines, qui à chacun instant, me transperçaient
Et la joie, qui me croise et qui m’est confisquée
De mes rimes, que je change en note musical
J’ouvre le bal, où je peux enfin danser et danser…
Libre de mes gestes et de mes pensées
Mon cavalier, ce rêve fou amoureux
Ses mains à ma taille, m’éteignent avec douceur pour m’embrasser

Maissa Boutiche, Ain Bénian, Alger, Algérie, le 03/06/2015, Tous droits réservés

 

 

Publié par

A ne pas manquer :

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: