Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Maissa Boutiche – Un cri sans écho !

| 3 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...


Maissa Boutiche

Maissa Boutiche

Maissa BouticheUn cri sans écho !

 



Donnez-moi enfin la parole
Taisez- vous et
Laissez déballer ce qui me noie dans mon fort…

Pitié, faites cesser mes larmes qui coulent et m’engouffrent
Dans un monde qui me refoule
Au nom de Dieu, le bon et le miséricordieux 
Vous êtes en train d’assassiner l’amour d’une princesse
Qui en moi dort et dans mon cœur je porte
Depuis fort, fort longtemps…

Votre indifférence me tue
Votre froideur me dénude
Et votre déni, en deux me plie

A demi-mot
Laisser vous lire deux mots
Taisez-vous et fermez toutes portes
Écoutez les odes amoureuses que pour elle seule, je chante
Puis annoncez la sentence quand ça vous chante
J’assumerai avec foi, avec fierté et mon orgueil toujours hautain

Vous qui m’oubliez ?
Vous qui me reniez ?
Vous qui me bannissez ?
Savez-vous que je souffre, comme personne ?
Mais personne ne se soucie de mon Rien

Ras le bal, Ma Princesse,
J’attendais ta missive 
J’ai acheté pour toi une belle robe
Et j’ai préparé pour toi un énorme bouquet avec des banderoles
Pour fêter avec toi Ton soixantième
Qui coïncide avec mon anniversaire et comme toujours tu me fais la gueule
Pas la peine d’attendre, alors
Et te dire je t’aime
J’ai changé ton amour pour une autre
Plus humaine
Et m’a honoré sans me connaitre
Qui m’a fait monter au Mont

Je t’attendais impatiente
Vers d’autres tu t’es tourné
Oh Dieu tout le monde s’écroule sur ma tête
Je me sens en mon home abandonnée et morte
Il ne me reste alors qu’à fermer mes portes
Je n’ai plus de place vacante
Alors sort de moi toi ma belle Jacente,
Sors de mon sang 
De mes veines
De mes vaisseaux sanguins 
De mon cœur, de mon âme et de ma tête
Je ne suis plus à toi

Je ferai la fête avec l’autre
Qui, dans un ailleurs clément
Me reconnait et m’attend

Mes larmes et mes soupirs te rejettent
Ton amour envers moi est radin
Tu en as d’autres qui te fêtent
Pour toi je n’ai jamais existé
Malgré tout l’amour que je te porte 
Depuis mon premier cri
Et dans toutes mes saisons
Tu rajeunissais à chacune de tes fêtes
Mes pauvres ans 

Je ne suis que l’ombre d’une silhouette
Dans tes allées sombres
Pour moi tes lampadaires toujours éteints
Alors, je porterai ton deuil
Pour moi tu es déjà morte
Notre amour est à sa fin

Maissa Boutiche, Ain Benian, Alfer, Algérie , le 05/07/2015

 

Publié par

A ne pas manquer :

  • Khalid EL Morabethi – En silenceKhalid EL Morabethi – En silence Khalid EL Morabethi - En Silence Un rideau qui s’agite, Un autre coucher de soleil, Une horloge qui marche à l’envers Un morceau de pain par terre, Une terre pleine de […]
  • Maissa Boutiche – Le rêveMaissa Boutiche – Le rêve Maissa Boutiche - Le rêve        Je ferme les yeux, pour oublier Je me laisse aller dans le rêve Je n’ai rien que lui, pour m’accompagner Silencieux et si […]
  • Tomaso AlbinoniTomaso Albinoni Adagio in G Minor Tomaso Giovanni Albinoni né le 14 juin 16711 à Venise et mort le 17 janvier 1751 également à Venise, est un violoniste et compositeur italien de musique […]
  • Charles Baudelaire – La musique, poème audioCharles Baudelaire – La musique, poème audio   Charles Baudelaire   La musique souvent me prend comme une mer ! Vers ma pâle étoile, Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther, Je mets à la voile […]
  • Ghaniameriem HadriGhaniameriem Hadri   Illustrations Les élèves :       Yasmine,      Sofiane, Doria       Mustapha     L’école Annaba Algérie Et le  beau  tomba de si haut … Il était […]
  • Ouarda Baziz Cherifi  – Tous ces jours dans la vie d’une mère,Ouarda Baziz Cherifi – Tous ces jours dans la vie d’une mère, Ouarda Baziz Cherifi Tous ces jours dans la vie d'une mère, Porter son enfant, sur un air d'aigreur et de nausées est pour une maman, un moment de pur bonheur, jamais un […]

3 Comentarii

  1. J’ai marché pieds nus
    J’ai cru en toi
    Tu m’as mené en bateau
    Contre les courants du vent
    Amour ingrat
    Amour sans sentiments
    Je me retrouve errante
    Seule
    Comme un Mohican
    Écoutant pleurer le vent…
    L’âme en détresse
    Le cœur sur les quais vagabond
    Je t’ai aimé
    Et tu étais à la une sur mes pages vierges
    Une rose de romance sur mes années de jeunesse
    Je me suis battue pour notre amour
    Contre les marées et les vents
    J’ai rêvé de toi debout en en dormant
    Sur mon lit solitaire
    Et dans les allées de ma ville, j’étais vagabond

    Amour ingrat, amour nu de sentiments
    Qu’as-tu fait de ma vie ?
    Et de mes beaux ans ?
    De mes rêves fous
    Qu’on a fait à deux
    Que tu rendu ambulants

    T’en souviens-tu de nos rencontres
    De nos regards d’enfants
    Et de nos mains qui tremblaient
    A notre élan

    Amour ancré
    Emporté dans la valise de mes souvenirs
    Ecrit en lettres s’or
    Au parfum de roman
    Dans mes vaisseaux
    Dans mes veines
    Pleure un amour d’adolescent
    Amour ingrat, amour nu sans sentiments…
    Maissa Boutiche, Ain Bénian, Alger, Algérie, le 22/07/2015
    Tous les droits réservés

  2. Je veux bien, ne plus penser à toi
    Ne plus me faire de soucis
    Mais tu pars et tu reviens
    Je te chasse d’un revers gauche de ma main
    De mon cœur
    De ma pensée
    Mais mon cœur ne va pas bien
    Il se rebelle, ne m’écoute plus
    Il te réclame
    Oh toi que j’ai aimé un jour…
    Que je n’ai pu oublier
    Ton amour est chanté sur la plage
    Chaque été…
    On s’est aimé en silence
    Sans jamais se parler
    Les vagues chantaient notre amour
    La brise dansait parfumait à notre élan
    Amour d’une escale…
    Amour voyageur…
    Amour d’exilé…
    Amour ou parlait le silence
    Nous faisait voyager
    Amour d’une adolescence
    A l’élan si doux
    Je ressens ton emprunte
    Et ton langage d’amoureux….
    J’ai cherché ton pas sur le sable
    J’ai parlé à la brise du vent
    J’ai refoulé mes larmes dans la danse des vagues
    Qui disaient
    Que tu n’étais qu’un amour d’une escale
    D’un été parti, prisonnier dans le temps…
    Maissa Boutiche, Alger, Algérie, le 22 juillet 2015
    Tous droits réservés

  3. Il est ma planète
    Il est plus beau que la lune
    Dans mes odes, il reflète
    Mon âme qui pour lui brise les chaines
    Fugue et se rebelle

    Il est la tendresse
    En lettres d’or et en Majuscules
    Dans son cœur, se tapie mon être
    Et mon âme refuse de quitter la lune

    Il est à la lune
    Dans mes pages froissées
    Et dans tout mon être
    Et dans ma plume qui résume
    Dans des paragraphes
    Où l’amour trace les mots
    Les points et les virgules
    Il est au début
    Et à la fin de mes lignes
    Que je signe
    De mon amour
    Dans ses bras, mon bien être
    Et le rêve au son de sa voix
    Amoureux, adolescent, veut être…
    Maissa Boutiche, Hussein Dey, Alger, le 26/08/2015
    Tous droits réservés

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: