Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Mirabeau

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

Ainsi parlait Zarathoustra - Livre audio Ecce homo Gloire et éternité L'Antéchrist - Livre audio Le Crépuscule Des Idoles - Livre audio Morale d’étoiles NIETZSCHE ...

En savoir plus...

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

A la recherche du temps perdu (Marcel Proust)

À la recherche du temps perdu, Œuvre Intégrale de Marcel Proust 1. Du côté de chez Swann - Marcel Proust 2. Deuxième ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...


Mirabeau

 

 

 

   Sur la liberté de la presse (Mirabeau)

 

 

 

 

Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau, plus communément appelé Mirabeau, né le 9 mars 1749 au Bignon-Mirabeau, mort le 2 avril 1791 à Paris, fut simultanément ou successivement un révolutionnaire français, ainsi qu’un écrivain, diplomate, franc-maçon, journaliste et homme politique français.

Surnommé « l’Orateur du peuple » et « la Torche de Provence », il reste le premier symbole de l’éloquence parlementaire en France.
Cinquième enfant et second fils de Victor Riqueti, marquis de Mirabeau, économiste de renom, et de Marie-Geneviève de Vassan, Mirabeau est issu d’une famille de la noblesse provençale.

Selon Victor Hugo, né onze ans après la mort de Mirabeau, ce dernier était d’une « laideur grandiose et fulgurante2 ». Il est né avec un pied tordu, deux grandes dents et surtout une tête énorme (ce qui a fait dire qu’il était hydrocéphale). Il a également la langue enchaînée par le filet1. Avant de présenter l’enfant à son père, la nourrice le prévient : « Ne vous effrayez pas3 ». Et l’accoucheur d’ajouter : « Il aura beaucoup de peine à s’exprimer4 ».

À l’âge de trois ans, il est défiguré par une petite vérole mal soignée ; son visage en garde de profondes cicatrices. Son enfance est marquée par la sévérité de son père qui n’a pas d’affection pour lui. Il est placé par son père chez l’Abbé Choquard à Paris5. Il est emprisonné sur l’Île de Ré par lettre de cachet pour dettes6. En 1754, son père écrit à son frère, le bailli de Mirabeau : « Ton neveu est laid comme celui de Satan7 ». Il a également pour habitude de l’appeler « Monsieur l’ouragan ».

Il étudie à la faculté de droit de l’université d’Aix-en-Provence où il fréquente, notamment Jean Étienne Marie Portalis, futur rédacteur du code civil8.

En 1768, il est incorporé à un régiment, mais contracte des dettes, ce qui provoque de nouveau la colère de son père. Il gagne une réputation de libertinage: « Mais le monde ne pardonna pas à Mirabeau cette sorte de férocité, d’exaspération physique que remplaçait chez lui la légèreté du libertinage à la mode : une fougueuse nature éclatait dans ces vices, au lieu de la gracieuse corruption qu’on était accoutumé à admirer6 ».

Après avoir participé à la campagne de Corse en 1768-1769, il épouse Émilie, fille du puissant marquis de Marignane, qui avait refusé sa main au comte de Valbelle. Ils ont un fils, mort en bas-âge.
Le fort de Joux où il fut emprisonné.

Sa femme demande la séparation de corps en 1782 et est défendue par Portalis. Mirabeau défend sa propre cause dans ce procès qui défraie la chronique. Il le perd, après une joute oratoire, assez hostile, entre les deux orateurs. Mirabeau ne montre pas de ressentiment à l’encontre de Portalis car, non seulement il reconnaît publiquement ses qualités oratoires et sa loyauté, mais, de surcroît, il le consultera plus tard sur une affaire et demandera son appui lors de la campagne électorale de 1789 pour les états généraux, en Provence9.

Pour le soustraire à ses créanciers, son père le fait plusieurs fois enfermer au fort de Vincennes, et finalement exiler au château de Joux, en Franche-Comté, d’où il s’enfuit aux Provinces-Unies (Pays-Bas) avec sa maîtresse, Marie Thérèse Sophie Richard de Ruffey, rencontrée lors de ses sorties autorisées. Elle est l’épouse du marquis de Monnier, président de la chambre des comptes de Dole.

En 1776, dans sa fuite, il publie son Essai sur le despotisme, qui dénonce l’arbitraire du pouvoir royal : « le despotisme n’est pas une forme de gouvernement […] s’il en était ainsi, ce serait un brigandage criminel et contre lequel tous les hommes doivent se liguer. »

Mirabeau est condamné à mort par contumace, puis extradé et emprisonné au château de Vincennes de 1777 à 1780. Il y écrit des lettres, publiées après sa mort sous le titre de Lettres à Sophie, chef-d’œuvre de la littérature passionnée, ainsi qu’un virulent libelle contre l’arbitraire de la justice de son temps, Des Lettres de cachet et des prisons d’État, [lire en ligne]. Il fait partie en 1788, entre autres avec Brissot, Clavière et Condorcet, des fondateurs de la Société des Amis des Noirs, créée pour l’abolition immédiate de la traite des Noirs et progressive de l’esclavage dans les colonies.
L’Hercule de la liberté

Le surnom d’hercule de la liberté lui est donné par l’abbé Sieyes. À la sortie de l’Assemblée nationale, alors que la foule l’applaudit vivement, il proclame en désignant Mirabeau: « Vive, vive l’hercule de la liberté ». Montrant son ami en retour, ce dernier répondit « Voilà Thésée »10.
Le député du Tiers État et le tribunal
Mirabeau, par Joseph Boze

Le 7 mai 1789, le Courrier de Provence, le journal que Mirabeau publie depuis le 2 mai, est saisi. Une interdiction de publier les comptes-rendus des séances des États généraux est édictée. Mirabeau n’en tient pas compte et continue à publier le compte-rendu des séances de l’Assemblée, ainsi que les analyses des questions politiques à l’ordre du jour, d’abord sous le titre Lettres du comte Mirabeau à ses commettants du 10 mai au 25 juillet 1789, puis sous le titre Courrier de Provence11, qui paraît encore après la mort de son fondateur jusqu’au 30 septembre 1791. Le 9 juillet 1789, il rédige une adresse au roi pour lui demander de retirer les troupes étrangères massées autour de Paris.

Mirabeau sort de Vincennes et se présente en Provence aux élections des États généraux de 1789. Repoussé par la noblesse, il publie un discours véhément adressé aux nobles provençaux. Il est alors nommé par le Tiers état, à Aix et à Marseille. Lors de la séance royale du 23 juin 1789, le député fait une réponse à Henri-Évrard, marquis de Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies, venu apporter l’ordre de dissolution de l’Assemblée constituante signé par le roi Louis XVI, que le Moniteur12 rapporte deux jours plus tard en ces termes :

    « Oui, Monsieur, nous avons entendu les intentions qu’on a suggérées au Roy ; et vous qui ne sauriez être son organe auprès des États-Généraux, vous qui n’avez ici ni place ni voix, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour nous rappeler son discours. Cependant, pour éviter toute équivoque et tout délai, je vous déclare que si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes. »

Mirabeau, député du Tiers État

La tradition la ramenant à «Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple, et qu’on ne nous en arrachera que par la puissance des baïonnettes13 ». Il ne tarde pas à devenir l’un des plus énergiques orateurs de l’Assemblée nationale et de la société des Jacobins. Le 8 mars 1790 il y prononce un discours resté longtemps inédit contre la traite des Noirs dont une formule „bières flottantes” dénonçant les navires négriers fera mouche puisqu’elle sera reprise légèrement déformée „longues bières” par Brissot en février 1791 puis Robespierre en avril 179314. Il défend ensuite le système du concours des pouvoirs en matière de paix et de guerre en mai 1790.[réf. nécessaire] 5 mois plus tard, en octobre 1790, il prononce un vibrant discours où il propose que la couleur blanche soit remplacée par les couleurs bleu, blanc et rouge sur les bâtiments de la marine royale, les matelots devant maintenant crier « Vive la nation, la loi et le roi » au lieu de « Vive le roi ». Au cours de son discours, les royalistes radicaux expriment leur opposition [réf. souhaitée].

La dégradation de la monarchie détermine son revirement politique. Il devient le plus solide appui de Louis XVI et de Marie-Antoinette, en étant notamment le conseiller privé de Louis XVI, fonction pour laquelle il se fait rémunérer.
La maison où est mort Mirabeau à Paris.

Sa mort à Paris, le 2 avril 1791 provoque une grande affliction du peuple. C’est la suite d’une maladie que certains attribuent à un empoisonnement, d’autres à sa vie de débauché. La rue où il meurt (rue de la Chaussée-d’Antin) est rebaptisée « rue Mirabeau ». Le 4 avril, après une cérémonie religieuse dans l’église Saint-Eustache, où Joseph-Antoine Cerutti prononce son oraison funèbre, son corps est transporté en grande pompe au Panthéon et y reste jusqu’au 12 septembre 1794 (26 fructidor an II). Mais la découverte de l’armoire de fer en novembre 1792 révèle qu’il avait pris clandestinement contact avec le roi et sa cour. Espérant être ministre de la monarchie constitutionnelle, il avait prodigué ses conseils et donné des informations. Un comité est chargé d’examiner l’accusation. La Convention décide d’exclure sa dépouille du Panthéon. Elle y est remplacée par celle de Marat. Transportée au dépôt mortuaire du grand cimetière de Saint-Etienne-du-Mont (Sainte-Catherine dans le 5°, très voisin du Panthéon, cimetière désaffecté en 1833), on retira le corps du cercueil de plomb et on l’y inhuma. En 1798, sa sœur procéda à son exhumation et l’inhuma au cimetière de Clamart de manière anonyme15. Malgré des recherches entreprises en 1889, ils ne seront pas retrouvés.
Citations de Mirabeau
Plat commémoratif de la mort de Mirabeau. Vers 1791, Musée Carnavalet, Paris.

La mémoire collective se souvient de Mirabeau pour :

    « Les emprunts qu’a faits Necker à Genève „doivent être considérés au nombre des plus chers, des plus mal organisés et des plus ruineux que la France ait été contrainte de payer”16.
« Il faut proclamer des axiomes tellement simples, évidents et féconds qu’il serait impossible de s’en écarter sans être absurde. » À propos de la Déclaration Des Droits de l’Homme.
« Il existe quelqu’un de pire que le bourreau, c’est son valet17. »
« La présomption une fois déroutée dans un sot cause la confusion et la haine, dans une âme honnête elle opère la reconnaissance et la docilité. Ce fut mon cas. Je priai mon maître de s’expliquer et de m’instruire, car j’étais un pauvre jouvenceau de quarante-deux ans. » (à propos de sa rencontre avec François Quesnay)18
« Êtes-vous Bretons ? Les Français commandent. ». Discours à l’Assemblée Constituante du 9 janvier 1790.
« Ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? » (Discours sur les finances, cité par le Robert)
« Il faut décatholiciser la France afin de la démonarchiser et la démonarchiser pour la décatholiciser19,20 »
« Allez dire à ceux qui vous envoient que la force des baïonnettes ne peut rien contre la volonté de la nation » Phrase adressée au chef de cérémonie, demandant la dispersion des membres du tiers état de l’Assemblée Nationale lors de la séance du 23 juin 178921.
« Tout citoyen a le droit d’avoir chez lui des armes et de s’en servir, soit pour la défense commune, soit pour sa propre défense, contre toute agression illégale qui mettrait en péril la vie, les membres ou la liberté d’un ou plusieurs citoyens. » Proposition d’un article lors de la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

    « Le droit est souverain du monde ».

Œuvres de Mirabeau
Discours

    1785 : Dénonciation de l’agiotage au roi et à l’assemblée des notables
1787 : Suite de la dénonciation de l’agiotage au roi et à l’assemblée des notables
10 mai 1789 : Sur la liberté de la presse
26 septembre 1789 : sur la Contribution du quart
6 mars 1790 : Au club des Jacobins, discours contre la traite des Noirs.
20 et 22 mai 1790 : sur le Droit de paix et de guerre
novembre 1790 et janvier 1791 : sur la Constitution civile du clergé
février 1791 : sur l’Émigration

Œuvres
Mirabeau (Vaucluse) : buste de Mirabeau dans le village (été 2006)

    Essai sur le despotisme, publié anonymement – 1775 Londres, [lire en ligne] ;
Lettres originales de Mirabeau, écrites du donjon de Vincennes, pendant les années 1777, 1778, 1779 et 1780, contenant tous les détails sur sa vie privée, ses malheurs et ses amours avec Sophie Ruffei, marquise de Monnier, recueillies par Pierre Louis Manuel, [lire en ligne] ;
L’œuvre érotique du comte de Mirabeau, introduction, essai bibliographique et notes par Guillaume Apollinaire, [lire en ligne] ;
Des lettres de cachet et des prisons d’État, 1780, [lire en ligne]
Lettres à M. Lecoulteux de la Noraye sur la Banque de Saint-Charles et la Caisse d’escompte, Paris 1785
Sur les actions de la Compagnie des eaux, Paris, 1785
Le Rideau levé ou l’éducation de Laure, 1786, [lire en ligne]
Considérations sur l’ordre de Cincinnatus, ou Imitation d’un pamphlet anglo-américain, suivies… d’une Lettre… du général Washington… et d’une Lettre de feu M. Turgot,… au Dr Price sur les législations américaines, Londres, 1784, [lire en ligne]
Sur Moses Mendelssohn, sur la réforme politique des juifs et en particulier sur la Révolution tentée en leur faveur en 1753 dans la Grande-Bretagne, Londres, 1787, [lire en ligne]
De la monarchie prussienne sous Frédéric le Grand, vol. 1, Londres, 1788
Arlequin réformateur dans la cuisine des moines, ou Plan pour réprimer la gloutonnerie monacale, 1789, Rome (pour Paris), [lire en ligne]
Ma Conversion
1822 : Chefs-d’œuvre oratoires de Mirabeau, précédé d’une notice biographique, tome Premier, éd. Collin de Plancy

Articol scris de online-litterature

A ne pas manquer :

  • Eugène SueEugène Sue  Les Mystères de Paris  -Eugène Sue Eugène SUE– Kernok le Pirate- Livre audio *** Marie-Joseph Sue dit Eugène Sue, né le 26 janvier 18041 à Paris et mort en exil le […]
  • Aimé CésaireAimé Césaire Aimé Fernand David Césaire est un poète et homme politique français, né le 26 juin 19131 à Basse-Pointe (Martinique) et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France (Martinique). Il […]
  • Jean RacineJean Racine Le Songe d'Athalie (Jean Racine) Le Combat du chrétien - Jean Racine - Livre audio Jean Racine– Phèdre- Livre audio Jean Racine– Bérénice – Acte IV, Scène 5 - Livre […]
  • DantonDanton Georges Jacques Danton, né le 26 octobre 1759 à Arcis-sur-Aube et mort le 5 avril 1794 (16 germinal an II) à Paris, est un avocat au Conseil du Roi et un homme politique […]
  • Pierre Albert-BirotPierre Albert-Birot     Aux jeunes poètes (Pierre Albert-Birot)   *** Pierre Albert-Birot, (Angoulême, 22 avril 1876 - Paris, 25 juillet 1967), est un poète, sculpteur, […]
  • Jean-Paul SartreJean-Paul Sartre   Citations (Jean-Paul Sartre) Jean-Paul Sartre est un écrivain de langue française, philosophe politiquement engagé, également dramaturge, romancier, nouvelliste et […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: