Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Poema 1 (Pablo Neruda)

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Marcel Proust À la recherche du temps perdu - Litterature audio.com    L'Œuvre Intégrale / Durée : 145 heures Du Côté De Chez ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

EN: Frédéric NIETZSCHE, Beyond Good and Evil (EN) Friedrich Nietzsche, Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None (EN) Friedrich Nietzsche, Ecce ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...


Pablo Neruda

Pablo Neruda

 

Pablo Neruda

 

Corps de femme, blanches collines, cuisses blanches,
l’attitude du don te rend pareil au monde.
Mon corps de laboureur sauvage, de son soc
a fait jaillir le fils du profond de la terre.

je fus comme un tunnel. Déserté des oiseaux,
la nuit m’envahissait de toute sa puissance.
pour survivre j’ai dû te forger comme une arme
et tu es la flèche à mon arc, tu es la pierre dans ma fronde.

Mais passe l’heure de la vengeance, et je t’aime.
Corps de peau et de mousse, de lait avide et ferme.
Ah! le vase des seins! Ah! les yeux de l’absence!
ah! roses du pubis! ah! ta voix lente et triste!

Corps de femme, je persisterai dans ta grâce.
Ô soif, désir illimité, chemin sans but!
Courants obscurs où coule une soif éternelle
et la fatigue y coule, et l’infinie douleur.

A ne pas manquer :

  • Poème 4 (Pablo Neruda)Poème 4 (Pablo Neruda)     Pablo Neruda   C'est le matin plein de tempête au coeur de l'été. Mouchoirs blancs de l'adieu, les nuages voltigent, et le vent les secoue de […]
  • Poema 3 (Pablo Neruda)Poema 3 (Pablo Neruda)   Pablo Neruda   Immensité des pins, rumeur brisée des vagues, contre le crépuscule et ses vieilles hélices crépuscule tombant sur tes yeux de […]
  • Poema 2 (Pablo Neruda)Poema 2 (Pablo Neruda)   Pablo Neruda   La lumière t'enrobe en sa flamme mortelle. Et pensive, pâle et dolente, tu t'appuies contre le crépuscule et ses vieilles hélices tournant […]
  • À une jeune femme (Victor Hugo)À une jeune femme (Victor Hugo)   Victor Hugo   Voyez-vous, un parfum éveille la pensée. Repliez, belle enfant par l'aube caressée, Cet éventail ailé, pourpre, or et vermillon, Qui tremble […]
  • Je t’aime d’être faible… (Renée Vivien)Je t’aime d’être faible… (Renée Vivien)       Renée Vivien   Je t'aime d'être faible et câline en mes bras Et de chercher le sûr refuge de mes bras Ainsi qu'un berceau tiède où tu […]
  • Brillante étoile (John Keats)Brillante étoile (John Keats)   John Keats   Brillante étoile ! Que ne suis-je comme toi immuable, Non seul dans la splendeur tout en haut de la nuit, Observant, paupières éternelles […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: