Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Sonnet de porcelaine (Renée Vivien)

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Marcel Proust À la recherche du temps perdu - Litterature audio.com    L'Œuvre Intégrale / Durée : 145 heures Du Côté De Chez ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

EN: Frédéric NIETZSCHE, Beyond Good and Evil (EN) Friedrich Nietzsche, Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None (EN) Friedrich Nietzsche, Ecce ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...


Renée Vivien

Renée Vivien

 

 

Renée Vivien

 

Le soir, ouvrant au vent ses ailes de phalène,
Évoque un souvenir fragilement rosé,
Le souvenir, touchant comme un Saxe brisé,
De ta naïveté fraîche de porcelaine.

Notre chambre d’hier, où meurt la marjolaine,
N’aura plus ton regard plein de ciel ardoisé,
Ni ton étonnement puéril et rusé…
Ô frissons de ta nuque où brûlait mon haleine !

Et mon coeur, dont la paix ne craint plus ton retour,
Ne sanglotera plus son misérable amour,
Frêle apparition que le silence éveille !

Loin du sincère avril de venins et de miels,
Tu souris, m’apportant les fleurs de ta corbeille,
Fleurs précieuses des champs artificiels.

A ne pas manquer :

  • Renée VivienRenée Vivien       Je t'aime d'être faible... (Renée Vivien) Sonnet de porcelaine (Renée Vivien)     Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn le 11 […]
  • Sonnet (Stéphane Mallarmé)Sonnet (Stéphane Mallarmé)     Stéphane Mallarmé   (Pour votre chère morte, son ami) 2 novembre 1877 — « Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre, Tu te plains, ô […]
  • Sonnet III (William Shakespeare)Sonnet III (William Shakespeare)     William Shakespeare   Ces heures dont le clair travail accomplissait La charmante merveille où tout regard s’arrête Blesseront quelque jour cette […]
  • Romance (Gérard de Nerval)Romance (Gérard de Nerval)   Gérard de Nerval   Ah ! sous une feinte allégresse Ne nous cache pas ta douleur ! Tu plais autant par ta tristesse Que par ton sourire enchanteur À […]
  • Le Premier Baiser de l’amour (Byron)Le Premier Baiser de l’amour (Byron)       Lord Byron     Ἁ βάρβιτος δὲ χορδαῖς Ἔρωτα μοῦνον ἠχεῖ. Anacreon. Arrière les fictions de vos romans imbéciles, ces trames de […]
  • L’offrande lyrique III (Rabindranath Tagore)L’offrande lyrique III (Rabindranath Tagore)     Rabindranath Tagore   Ô les vagues , les vagues qui dévorent le ciel Etincelantes de lumières , de vie dansante Les vagues d'une marée de […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: