Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Sonnet III (William Shakespeare)

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

EN: Frédéric NIETZSCHE, Beyond Good and Evil (EN) Friedrich Nietzsche, Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None (EN) Friedrich Nietzsche, Ecce ...

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Marcel Proust À la recherche du temps perdu - Litterature audio.com    L'Œuvre Intégrale / Durée : 145 heures Du Côté De Chez ...

En savoir plus...

Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...


William Shakespeare

William Shakespeare

 

 

William Shakespeare

 

Ces heures dont le clair travail accomplissait
La charmante merveille où tout regard s’arrête
Blesseront quelque jour cette chose bien faite,
Ravissant la beauté de qui nous ravissait ;

Car le temps, sans répit, mènera le succès
De l’été triomphant à l’hiver, sa défaite ;
Le froid surprend la fleur ; la feuille, de son faîte,
S’abat ; la neige enfin recouvre un noir décès.

Mais l’esprit, mais l’essence adorable demeure,
Le parfum de l’été dans sa prison de gel,
Afin qu’à tout jamais toute gloire ne meure :

Ce n’est donc qu’un aspect fugitif que l’on pleure,
Et la fleur, distillée en délice immortel,
Au mépris de l’hiver nous ravit tout à l’heure.

A ne pas manquer :

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: