Poesis

Art Classique et Contemporain, Livres Audio, Science, Mystère, Android

Vita nuova (Oscar Wilde)

| 0 Comentarii

Read similar posts recommended for you
Fiodor Dostoievski – L’Idiot

Fiodor Dostoievski - L'Idiot

  Fiodor Dostoievski   Lecture : Pomme L'Idiot - Livre 1   L'Idiot - Livre 2   L'Idiot - Livre 3   L'Idiot - Livre 4   Publié par online-litterature  

En savoir plus...

E-book Ludewic

Ludewic Mac Kwin De Davy - Poèmes, livre audio, e-book

* Ludewic Mac Kwin De Davy * Aphorismes, Pensées, Philosophie   * Lire la plus belle collection de citations,  culture et sagesse classique • ...

En savoir plus...

Le Livre d'Or des Enfants de la Terre

  Le Livre d’Or des Enfants de la Terre, édité par le Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix France/Suisse, le ...

En savoir plus...

Concours

Concours

 Projets, concours et événements culturels en cours Concours International "Un Poème pour la Planète" Pendant une année, jusqu’au 22 avril 2016, nous ...

En savoir plus...

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Marcel Proust À la recherche du temps perdu - Litterature audio.com    L'Œuvre Intégrale / Durée : 145 heures Du Côté De Chez ...

En savoir plus...

Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche

EN: Frédéric NIETZSCHE, Beyond Good and Evil (EN) Friedrich Nietzsche, Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None (EN) Friedrich Nietzsche, Ecce ...

En savoir plus...

Beethoven

Beethoven

       « Je ne connais pas d’autres marques de supériorité que la bonté.  » Moonlight Sonata by Beethoven Ludwig van Beethoven ...

En savoir plus...


Oscar Wilde

Oscar Wilde

 

Oscar Wilde

 

J’étais debout près de la mer où nul ne vendange,
jusqu’à ce que les vagues humides eussent couvert
de leur écume ma face et mes cheveux ; les longues
flammes rouges du jour mourant brûlaient à l’occident ;
le vent avait un sifflement triste
et les mouettes criardes fuyaient vers la terre :
«Hélas ! m’écriai-je, ma vie est pleine de douleur ;
et qui donc peut faire provision de fruit ou de
grain doré sur ces plaines stériles qui s’agitent incessamment ?»
Mes filets avaient ça et la bien des larges déchirures,
bien des fentes ; néanmoins je les jetai pour
tenter ma dernière chance, dans la mer, et j’attendis
la fin.
Quand ! ô surprise ! quelle soudaine gloire ! Et je
vis monter la splendeur argentée d’un corps aux
membres blancs, et cette joie me fit oublier les
tourments du passé.

A ne pas manquer :

  • Premier jour (Jacques Prévert)Premier jour (Jacques Prévert)   Jacques Prévert   Des draps blancs dans une armoire Des draps rouges dans un lit Un enfant dans sa mère Sa mère dans les douleurs Le père dans le […]
  • Chopin (Marcel Proust)Chopin (Marcel Proust)   Marcel Proust   Chopin, mer de soupirs, de larmes, de sanglots Q’un vol de papillons sans se poser traverse Jouant sur la tristesse ou dansant sur les […]
  • Chanson (Oscar Wilde)Chanson (Oscar Wilde)   Oscar Wilde   Un anneau d'or et une colombe blanche comme le lait, tels sont les présents qui te conviennent ; puis une corde de chanvre pour votre amour à […]
  • L’offrande lyrique (Rabindranath Tagore)L’offrande lyrique (Rabindranath Tagore)     Rabindranath Tagore   Un jour je rencontrerai la Vie en moi La joie qui se cache dans ma vie Quoi que les jours troublent mon sentier De leur […]
  • ACLJ – La bataille de deux margouillats et ses conséquences désastreusesACLJ – La bataille de deux margouillats et ses conséquences désastreuses La bataille de deux margouillats et ses conséquences désastreuses- conte   D’après le conte original de Elbarka DIALLO, 10 ans.   Il y avait une fois une famille […]
  • Poèmes (Michelangelo Buonarroti)Poèmes (Michelangelo Buonarroti)   Michelangelo Buonarroti, le poète   Tout le monde connait la Création d'Adam - Chapelle Sixtine, Vatican, par Michelangelo Buonarroti, mais je veux vous […]

Lasă un răspuns

Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *.


Blue Captcha Image Refresh

*

Follow

Get every new post on this website delivered to your Inbox.

Join other followers: